Menu Fermer

[L’histoire du RPG Japonais Console Ch.1] La naissance du JRPG sur console

Catégories console, L'histoire du JRPG
RPG

Le premier RPG japonais sur console a été Dragonstomper sur Atari 2600 en 1982. Bokosuka Wars, sorti à l’origine pour l’ordinateur Sharp X1 en 1983, a été porté sur la console NES en 1985 et a connu un succès commercial au Japon, où il a jeté les bases du sous-genre des jeux de rôle tactiques.

Parmi les autres premiers RPG notables sur console, on peut citer les ports des jeux de rôle d’action d’arcade de Namco en 1984 : The Tower of Druaga, qui a été porté sur la NES en 1985[, et Dragon Buster, le premier jeu vidéo à proposer un compteur de vie (appelé “Vitality” dans le jeu), également porté sur la NES en 1987.

Dragon Quest, le RPG pour tous

Dragon Quest (1986), qui combinait l’exploration vue du dessus d’Ultima avec le combat à la première personne de Wizardry, a créé un format de jeu simplifié qui a rendu les RPG sur console accessibles à un public plus large.

RPG
Cover Dragon Quest – 1986

En 1985, Yuji Horii et son équipe de Chunsoft ont commencé la production de Dragon Quest. Après la publication du jeu par Enix début 1986, il est devenu le modèle des futurs RPG sur console.

Le jeu a été influencé par Wizardry en terme de combat et les déplacements en vue du dessus du jeu Ultima, ainsi que par le visual novel de Horii, Portopia Serial Murder Case. L’intention de Horii derrière Dragon Quest était de créer un RPG qui plaise à un public peu familier avec le genre ou les jeux vidéo en général.

Il fallait donc créer un nouveau type de RPG, qui ne repose pas sur une expérience dans le style de Donjon et Dragon. Par rapport aux JRPG PC lourds de statistiques, Dragon Quest était un jeu plus rationnel, plus rapide, basé sur l’exploration et le combat. Il présentait une vue de haut en donjon, contrairement à la vue à la première personne utilisée dans les précédents JRPG PC. Le gameplay rationalisé de Dragon Quest a donc rendu le jeu plus accessible à un public plus large. Le jeu mettait également davantage l’accent sur la narration et l’implication émotionnelle, en s’appuyant sur le travail d’Horii en y incluant un récit de passage à l’âge adulte auquel le public pouvait s’identifier. Mais aussi, en utilisant le gameplay de gain de niveaux.

Il comportait également des éléments que l’on trouve encore dans la plupart des RPG pour consoles, comme des quêtes de l’histoire complètées par quelques quêtes annexes. Il comprenait, aussi, un système de sorts. Le scénario de la demoiselle en détresse que suivent de nombreux RPG marqua la base du genre. Il inclut aussi le style d’Akira Toriyama et d’une bande son de Koichi Sugiyama qui était considérée comme révolutionnaire à l’époque.

On s’éloigne de Donjon et Dragon pour se rapprocher du confort du joueur

Le gameplay de Dragon Quest lui-même n’était pas linéaire. La majeure partie du jeu ne bloquait le joueur que par le niveau des monstres. Cette situation a été compensée par l’utilisation de ponts pour signifier un changement de difficulté et une nouvelle progression de niveau qui s’écarte de Donjon et Dragon, où dans les 1ère et 2ème éditions, les joueurs reçoivent des statistiques initiales aléatoires et un taux de croissance constant.

Dragon Quest a plutôt donné au joueur des points de vie supplémentaires au départ et une progression de niveau où le taux effectif de croissance du personnage ralentit avec le temps, comme dans les éditions les plus récentes de Donjon et Dragon, ce qui a permis d’équilibrer le jeu.

Gameplay – Dragon Quest 1 – Enix – 1986

Dragon Quest donnait également aux joueurs un objectif clair dès le début du jeu et une série de scénarios plus petits pour renforcer les statistiques joueur afin d’atteindre cet objectif. La fin pouvait également être modifiée en fonction des choix, à savoir si le protagoniste devait ou non rejoindre l’antagoniste dans sa conquête du mal. Le jeu disposait également d’un inventaire limité nécessitant la gestion d’objets. Dragon Quest étant devenu très populaire au Japon, de sorte que les municipalités locales ont été contraintes d’imposer des restrictions sur le lieu et le moment où le jeu pouvait être vendu.

La série Dragon Quest est toujours considérée comme une référence pour le marché japonais des jeux vidéo. Dragon Quest n’a atteint l’Amérique du Nord qu’en 1989, date à laquelle il est sorti sous le nom de Dragon Warrior, le premier RPG NES à être sorti en Amérique du Nord.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *