Le brassage culturel d’entre deux licences a toujours fait parler. Mais historiquement jamais en bien à part pour quelques exceptions. Tokyo Mirage sessions en fait partie, son goût pour la J-pop et ses références profondes pour la Série Shin Megami Tensei ansi qu’en surface pour Fire Emblem en font un soft très intéressant et encore  plus dans sa version Encore sortie sur Nintendo Switch.

Atlus est un amoureux de Nintendo et a su conquérir le coeur des fans avec sa série Shin Megami Tensei, jrpg hardcore aux mécaniques bien huilées se basant sur les faiblesses de l’ennemi. C’est une série qui a vraiment du mal à s’installer par chez nous à cause du retentissant lucifer’s call.

Tokyo mirage sessions, ses origines

Lucifer’s call ou Shin Megami Tensei: Nocture au Japon est le quatrième opus de la branche principale des Shin Megami Tensei, qui appartient elle-même à la série des Megami Tensei. Il est aussi le premier jeu de la licence Shin Megami Tensei publié sur ce continent, et est le seul à avoir été traduit en français. Le jeu étant bien trop difficile pour le commun des mortels, le jeu fût accueilli par les fans comme la peste noire.

Ce qui poussa Atlus à revoir ses plans d’exportations par chez nous et à limité sa traduction à l’anglais pour l’Europe. Chose qui commence tout doucement à changer avec l’arrivé de Persona 5 Royal qui sera traduit en français, Italien, Espagnol, Anglais, …

La première version de Tokyo Mirage session sortie sur Wii U en 2016 regroupait déjà plusieurs thématiques de la série Shin Megami Tensei. Son Gameplay particulièrement relevé en mode normal ainsi qu’une mécanique de combat au tour par tour en font un jeu qui surprend par sa difficulté sans pour autant la ressentir comme atroce. Son mélange avec Fire Emblem vient bien entendu rajouter une petite dimension supplémentaire sur le triangle forces et faiblesses des armes. L’épée bat la hache, la hache bat la lance, la lance bat l’épée et on recommence …

La J-pop, noyau central de l’histoire

Le terme J-pop est largement utilisé au Japon pour décrire plusieurs genres musicaux incluant de la pop, du rock, de la danse, du rap, et de la soul. C’est un genre créé dans les années 60 pour représenter les sous-genre musicaux japonais. Dans cette histoire, nous suivons un groupe d’amis qui rêve de devenir des stars de cette mouvance très appréciée de la population pré adulte de l’archipel.

Chaque personne possède en elle, une ou plusieurs Performa, des talents, qui dans la lecture de l’univers du titre, s’apparentent à une source magique, un pouvoir que l’on peut utiliser à des fins de perfectionnisme autant en terme de combat que dans la vie de star de tous les jours.

Ces performa sont très prisées des Mirages (démons) qui ouvrent des portes vers des donjons, Idolasphères, que vous devrez parcourir afin de comprendre l’essence de tout cela. Pour ce faire, notre héros devint malgré lui un Maître Mirage. Une personne possédant le pouvoir de rallier les Mirages à sa cause et de les utiliser comme arme contre les démons mirages corrompus qui s’amusent à posséder l’entourage du héros.

Tokyo Mirage

L’histoire, bien qu’un peu légère, est une belle métaphore au monde du show business japonais qui est souvent cruel et dur avec ses jeunes stars éphémères. Vous le héros, vous serez le manager d’une équipe d’idoles et vous devrez ensemble devenir de meilleurs artistes ainsi que de meilleurs combattants pour venir à bout des boss les plus difficiles. Dans ce jeu, art et combat vont de pair plus vous deviendrez bon artiste, plus vous aurez d’avantages en combat, de quoi enrichir le gameplay de manière considérable.

Tokyo Mirage Sessions, le gameplay

Pour vous expliquez le gamplay de ce jeu, il me faudrait une bonne vingtaine de pages en police 8 sans espace en format A3. Vous vous imaginez bien qu’un cross-over entre Fire Emblem et Shin Megami tensei peut aussi briller par la profondeur vertigineuse de sont gameplay. Et bien c’est le cas ! Je sépare donc ma description en sous-titres et aussi par ordre d’importance des mécaniques.

Résistances/Faiblesse/Skills

Comme dans tout MegaTen (contraction de Shin Megami Tensei), vous avez à disposition une flopée de types. Fire, Ice, Elec, Force, … Et j’en passe. Ce qui fait vraiment l’originalité de ce genre de titre c’est la découverte progressive et transversale des faiblesses des ennemis. Chaque ennemi a sous sont icône la liste complète de ces résistances et faiblesses ainsi que ses immunités comme visibles sur l’image ci-dessous.

Tokyo Mirage

Les Skills (attaques), elles, aussi, sont “typées” ce qui vous aidera à taper sur la faiblesse de l’ennemi. D’abord, par tâtonnement pour les découvrir, ensuite, pour en venir à bout rapidement car les ennemis, aussi, ont ce genre d’attaques et vos personnages répondent aux mêmes règles en terme de résistances, faiblesses et immunités. Déjà, on pourrait s’arrêter là, parce que la plupart des JRPG au tour par tour n’embarque pas cette profondeur de gameplay. Et bien Tokyo Mirage Sessions va encore plus loin avec le concept de Sessions.

Les Sessions

Les sessions sont des combos d’attaques exécutées par plusieurs membres de votre team. C’est une mécanique qui peut paraître anodine, mais qui répond à une série de critères précis. Tokyo Mirage session est un JRPG au tour par tour, chaque attaque est exécutée l’une après l’autre par chacun des personnages. Si un personnage attaque un ennemi sur sa faiblesse, une session se déclenchera si et seulement si l’un des autres membres de votre équipe possède un Session Skill possédant le type de l’attaque précédemment exécutée.

Par exemple si vous tapez avec une attaque de type feu et qu’un des partisans du combat possède un Session Skill feu-lance, il exécutera une attaque de type lance et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de Sessions Skill faisant office de pont dans cette liste chaînée d’attaques.

Les personnages non jouables dans les combats pourront aussi plus tard dans l’aventure vous accompagner lors des Sessions ce qui pourra vous donner l’avantage dans des situations catastrophiques.

Radiant skill & Carnage

Au fur et à mesure des combats, vous allez débloquer des renforcements ou des compétences de terrain appelés Radiant SkillCes Skills sont reçus à travers la quête principale ou par la multitude de quêtes annexes parsemées à travers le jeu. Ces compétences peuvent servir à renforcer les statistiques d’un personnage, donner lieu à des Duo dans les combats ou encore à développer des compétences vous permettant d’interagir avec le terrain.

Les Carnages sont vos armes. Ce sont elles qui décideront de vos résistances, immunités et faiblesses. Les performa que vous développez ou lootez au cours de l’aventure seront le fer à forger de ces armes. Ce qui sous-entend parfois des heures de farm pour trouver le composant qui vous débloquera l’arme cruciale pour le combat d’un boss trop résistant.

tokyo mirage

Encore, oui j’ai bien dit ENCORE

La version switch apporte pas mal de nouveautés. Tous les DLC de la version Wii U se retrouvent dans le soft suffixé Encore. Comme par exemple certaines idolasphères qui vous donneront accès à pas mal d’objets facilitant votre progression ou qui vous aideront à débloquer des nouveaux skins pour vos personnages, le tout saupoudré de petites histoires rajoutant de la profondeur dans la construction progressive des personnages.

Vous pourrez aussi trouver des Tomes (objets boostant l’XP), des lingot d’or (échangeable contre de l’argent) et bien d’autres petites choses qui vous feront plaisir,mais je vous laisse les découvrir !

Tokyo Mirage Sessions, la conclusion

Cette version Nintendo Switch de Tokyo Mirage Sessions #FE est une grande réussite réinventant le genre dans un contexte particulier qui sort de sa zone de confort. Avec une OST pop, des combats au tour par tour passionnants et dynamiques, agrémenté de contenu en constante inter-connexion pour vous permettre d’aiguiser votre équipe à la perfection. Tokyo Mirage Sessions s’en sort avec brio dans sa recette mélangeant JRPG tour par tour façon MegaTen et le monde du spectacle J-pop. A ne pas mettre entre toutes les mains, c’est tout de même, comme je le dis dans mes lives, un magnifique point d’entré dans le monde pas si accessible des productions d’Atlus.

Gameplay Live

N’hésitez pas à réagir à nos articles sur la page Facebook de JRPGFR !

Soutenez JrpgFR sur Tipeee

Notre score
8/10

Réaction de l'équipe

Plus

  • J-pop bien représentée
  • Gameplay plus que complet et addictif
  • Combats dynamiques (Sessions, Duos, Improvisations, …)
  • Donjons parsemés de contenus
  • Tous les DLC de la version Wii U
  • OST entrainante
  • Traduction Française correcte

Moins

  • Histoire un peu légère
  • Très niché
  • Demande une connaissance de base de la série MegaTen