Resident Evil 7 marqua un changement au combien déroutant pour les fans en passant à la vue à la première personne. C’est sur cette base que nous reprenons l’aventure sur Resident Evil Village en y ajoutant des petites fonctionnalité bien utiles que nous tacherons d’expliquer dans ce test et qui apporte au soft quelques réponses aux attentes des joueurs.

Conditions de test

Le jeu est un code Steam. La configuration utilisée pour faire tourner le jeu :

  • Intel Core I7
  • 8 giga de ram
  • GTX 1660

Un brin d’histoire

L’histoire de Resident Evil Village débute quelques années après les événements de RE7. Si vous n’avez pas joué à RE7, il y a un récapitulatif au début du jeu pour vous mettre sur les rails. Étant donné que l’histoire et certains événements clés des deux jeux sont liés, il est préférable de savoir ce qui se passe pour avoir une pleine maîtrise de tout.

C’est une histoire engageante avec des rebondissements assez importants, et il existe, dans le soft, des moments clés pour les fans de la franchise. Sans rien vous gâcher, vous endossez à nouveau le rôle d’Ethan Winters. Il «essaie» de mener une vie normale avec sa femme, Mia et leur fille Rose. Un soir, sa maison est attaquée par nul autre que le vétéran de la série Chris Redfield. Chris tue Mia et kidnappe Ethan et Rose. Après un accident, Ethan se réveille au bord d’un village à la recherche de sa fille.

Resident Evil Village

Comme vous l’avez probablement vu dans la démo, le village est rempli de toutes sortes de démons. Le village est entretenu par une personne mystérieuse, la Mère Miranda. Les quatre enfants de Miranda gouvernent différentes parties du village.

Le postulat du jeu peut paraitre assez simple, il vous fait retrouver votre fille. Mais je peux vous dire … L’histoire prend des tournants inattendus. Si vous êtes un fan de la franchise, c’est l’un des meilleurs scénario à ce jour. Je ne veux pas me plonger davantage dans l’histoire, car c’est vraiment l’un des points forts du jeu qu’il est important de pouvoir découvrir par soi-même.

Parlons bien, Parlons Gameplay

Bien que le gameplay de base soit le même que RE7, Village a apporté des changements indispensables. Resident Evil Village est un jeu d’horreur de survie à la première personne avec beaucoup d’action. Alors que RE7 s’appuyait sur des éléments d’action et quelques ennemis “ moulés ” ici et là, Village met davantage l’accent sur l’action et a divers ennemis.

Resident Evil Village

L’environnement du jeu est divisé en quatre zones, toutes reliées par la colonie centrale du village. Le jeu est beaucoup plus ouvert que RE7, avec de vastes zones à explorer, dont certaines auxquelles vous ne pouvez accéder que lorsque vous gagnez une nouvelle clé ou une nouvelle capacité. Après chaque rencontre importante, vous vous retrouvez dans une sorte de hub. Le jeu est linéaire, ce qui signifie que vous ne pouvez aborder aucun des quatre domaines dans l’ordre de votre choix.

Chaque zone que vous visitez apporte quelque chose de nouveau. Le château Dimitrescu, par exemple, est un manoir massif avec des chambres cachées et regorge d’énigmes. Avec cette satanée Lady Dimitrescu et ses trois filles qui vous suivent dans le château. La maison Beneviento, quant à elle, vous donne l’impression d’être dans un labyrinthe étroit dont il faudra à tout prix trouver la sortie.

La beauté est que chacun des quatre domaines a son charme et chaque bataille de boss est unique. Je ne veux pas approfondir les domaines ou les détails de la variété d’ennemis que vous rencontrerez, mais sachez que cette variété est suffisante pour nous inclure dans l’univers tout au long des 17 heures qu’il m’a fallu pour terminer le jeu.

Le système de gestion des stocks du jeu a changé mais dans le bon sens du terme. Les objets d’artisanat, les clés et les objets de collection ne font plus partie de votre inventaire principal. Ils ont un espace séparé et les armes, les munitions et les objets de soins gagnent votre inventaire principal. Les objets d’artisanat ont un onglet séparé, tout comme les objets de collection que vous utiliserez pour ouvrir les portes et résoudre des énigmes.

Il y a un onglet séparé pour les objets de collection que vous pouvez vendre au duc. Il est bon que des objets comme les clés et les ingrédients n’occupent pas l’inventaire principal, et la «gestion de l’inventaire» est considérablement réduite, ce qui vous permet de vous concentrer davantage sur le jeu.

Le duc est un nouveau personnage mystérieux qui s’installe à des endroits stratégiques tout au long du jeu. Il vend des armes et des munitions et peut également stocker vos objets inutiles, améliorer votre capacité de stockage et cuisiner de la nourriture pour vous.

Éventuellement, si vous avez du poisson, du poulet ou de la viande, le duc peut cuisiner des recettes intéressantes. Ces recettes agissent comme des améliorations permanentes en améliorant votre santé maximale, vous permettant de subir moins de dégâts lors de l’esquive par exemple. Il peut également améliorer vos armes.

Resident Evil Village est très bien rythmé, offrant un bon mélange d’action, d’énigmes, de mini boss et de combats de boss principaux. Le seul inconvénient est qu’une fois que vous avez vaincu le gardien d’une zone particulière, vous ne pouvez pas y retourner. Donc, il est important de visiter les moindres recoins de chaque zones.

Et visuellement, ça donne quoi ?

Sublime, c’est la première chose qui vous vient à l’esprit lorsque vous commencez à jouer à Resident Evil Village. J’ai joué au jeu sur PC et franchement, à part quelques chutes de framerate à certains endroits très détaillés, le tout reste assez fluide et optimisé.

Visuellement, le jeu est magnifique. De son village glacial aux grandes salles des châteaux, l’usine souterraine et même les zones marécageuses, tout est très diversifié. Le jeu possède plusieurs zones distinctes, mais chacune a sa propre personnalité.

Evil village

Le jeu étant à la première personne, un accent particulier a été mis pour s’assurer que les personnages que vous rencontrez de près soient très détaillés et très bien animés. Se tenir à quelques centimètres du visage de Lady Dimitrescu vous donne réellement froid dans le dos (bluffant). Les textures sur certains murs, cependant, semblent avoir une résolution légèrement basse.

L’audio ?

Un silence effrayant, un monstre qui crie, un chien qui aboie … Voilà l’atmosphère sonore qui mène l’ambiance du jeu. C’est le même sentiment que procure la conception sonore de RE Village. Vous vous promenez dans le village. C’est silencieux, à l’exception du bruit de vos pas. Tout à coup, vous entendez quelque chose au-dessus de vous, sur le toit de la maison. C’est un loup garou … Soudain, une meute de Loups garous arrive par derrière. Cette montée en puissance qui se produit en quelques secondes est présente tout au long du jeu et prouve l’importance d’une bonne conception sonore dans un jeu d’horreur.

Je vous recommande vivement de jouer à ce jeu avec une paire d’écouteurs. C’est immersif, et lorsque vous entendez un bruit derrière vous sur la gauche, vous avez intérêt à vous retourner rapidement.

En conclusion

Resident Evil Village est l’aboutissement de tout ce que l’équipe de développement a appris au cours des deux décennies et demie passées avec la franchise. Le passage à la première personne donne, évidement du crédit à l’immersion. La boutique et la gestion de l’inventaire sont un changement bienvenu (non pas sans nous rappeler la fonctionnalité de RE4). Le rythme du jeu est parfait et l’histoire plaira aux fans de la franchise comme aux nouveaux venus. Je vous le conseille vivement !

N’hésitez pas à réagir à nos articles sur le Twitter 🐤 de JRPGFR avec le hashtag #JRPGFRpourTous  💋 !

Soutenez JrpgFR sur Tipeee

Resident Evil Village
8.5/10

Avis de la rédaction

Plus

  • Graphismes à couper le souffle
  • Une direction artistique immersive
  • Une ambiance sonore qui colle parfaitement à l’environnement
  • Une expérience réellement effrayante
  • Une progression dynamique
  • Un gamplay peaufiné reflétant l’expérience de l’équipe de développement depuis plus d’une vingtaine d’années

Moins

  • L’interaction avec le mobilier n’est pas toujours réaliste
  • Un PC couteux est indispensable pour une expérience optimale
  • La durée de vie franchement courte