Dans les jeux Nis America, nous sommes toujours habitués à des jeux plein d'humour décalé. Ici, cette compilation Prinny Presents NIS Classics Volume 1, nous ressort des dossiers plus sombres au bonheur de ceux qui aiment les histoires un peu plus dramatiques mais toujours dans un gameplay qui fait la fierté de la société. C'est à dire le T-rpg. Nous avons, cette fois-ci, deux jeux qui portent le nom de remaster mais à la vue de ce qui nous est proposé, je parlerais plutôt de portages. Voyons la suite ...

Avant toutes choses, parlons des changements par rapport aux jeux originaux !

Soul Nomad n'a pratiquement pas été modifié depuis sa sortie initiale, et cela se voit. C'est flou. Il est toujours en format 4:3. Phantom Brave, pour sa part, a été porté sur de nombreuses plateformes. Et il porte ces améliorations ! En dehors du travail sur les sprites, la présentation donne l'impression d'être adaptée à la Switch même si les sprites des personnages restent tout de même flous.

Le contenu supplémentaire de Phantom Brave ajouté dans les portages ultérieurs est présent, mais si vous recherchez des éléments totalement nouveaux ? Vous ne trouverez pas grand chose de nouveau. Compte tenu de l'appellation "Prinny Presents", nous nous attendions à voir au moins une section musée avec des images conceptuelles et autres, ou vraiment toutes sortes de bonus que l'on pourrait trouver dans une version commémorative. Au lieu de cela, il s'agit simplement de deux jeux autonomes, avec un lanceur pour en choisir un et une option de menu titre ajoutée dans chacun d'eux pour vous y renvoyer.

The Phantom Brave

Introduction

L'intrigue de "Phantom Brave" est étonnamment dramatique, surtout quand on pense aux autres jeux NIS. Vous contrôlez Ash, qui est devenu un fantôme après une mission dangereuse qui a coûté la vie à ses deux compagnons. Quasiment tous les personnages du jeu sont des fantômes entre le monde des morts et le monde des vivants. Pour réaliser le dernier souhait de ses compagnons tombés au combat, Ash s'occupe d'une fille nommée Marona. La jeune fille est l'une des rares personnes à pouvoir voir les fantômes et leur parler. Elle est donc détestée par le reste du monde qui l'a considère comme une possédée. Cette situation est dépeinte de manière moins humoristique qu'on pourrait le croire. Surtout au début, le jeu vous met pratiquement en évidence la situation misérable et suscite en nous une grande pitié pour le personnage.

Prinny Presents NIS Classics Volume 1

Cependant, il y a encore de l'espoir. Car malgré tous les préjugés, étrangement, certains villageois de diverses îles se tournent vers Marona pour effectuer des travaux dangereux. Ces emplois permettent de développer l'histoire, qui comprend 20 épisodes au total. Chaque épisode constitue un combats stratégiques avec Marona et ses acolytes fantômes. Mais il faut d'abord les invoquer. Cela se fait sur l'île d'origine, où vous pouvez accueillir jusqu'à 50 personnes et objets. Il faut également noter que certains d'entre eux exercent d'autres activités en plus ou à la place de leur rôle de combattant. Si vous voulez que vos courageux héros retrouvent la santé, il vous faut un guérisseur sur l'île. Il convient donc d'en tenir compte dans la construction de votre population.

La partie gameplay

Le combat dans "Phantom Brave" est un peu différent de celui des autres RPG de stratégie. En tant que seule humaine du groupe, Marona est toute seule sur le terrain au début de chaque bataille. Cependant, la jeune fille est assez faible en soi, elle a donc besoin du soutien de son armée fantôme. Pour les invoquer, vous devez lier les unités supplémentaires à des objets se trouvant dans les environs pendant le tour de Marona. Des arbres, des buissons ou des pierres peuvent servir de réceptacle pour vos unités.

Prinny Presents NIS Classics Volume 1

Le choix de l'unité invoquée doit également être bien adapté à l'objet, car vos fantômes reçoivent des bonus de stat différents selon l'objet. Par exemple, si vous liez un guerrier à une pierre, il sera plus lent, mais il pourra frapper et frapper plus fort. Certaines choses donnent même aux autres certains bonus, comme une attaque supplémentaire. Il n'est pas rare que l'autre camp bénéficie aussi de ces bonus, qui ne peuvent être désactivées qu'en détruisant l'objet source. De temps à autre, cependant, vous pouvez et devez utiliser ces objets de soutien à votre avantage.

Lorsque vous invoquez votre armée, vous devez également garder à l'esprit qu'aucune unité ne reste sur le terrain pour toujours. Après quelques tours, ils disparaissent sans laisser de trace et ne peuvent plus être utilisés pour le reste de la bataille. Ainsi, si vous vous contentez de les invoquer, vous risquez de vous retrouver sans renfort au cours de la bataille.

Les mouvement en combat de votre équipe sont également un peu différents des jeux de stratégie habituels. Dans Phantom Brave, il n'y a pas de case sur le sol. Au lieu de cela, ils peuvent se déplacer librement dans un certain rayon par tour. Il faut parfois un certain temps avant de s'habituer au système de combat. Comme la zone de déplacement est libre, vous devez parfois tâtonner avant de trouver la trajectoire la plus optimisée. Heureusement, tant que vous n'attaquez pas, vous pouvez toujours revenir en arrière.

Le jeu est également relativement simple en ce qui concerne le développement des personnages, du moins en apparence. Chaque fantôme peut être équipé d'un seul objet, qui non seulement influence ses statistiques mais détermine aussi les actions disponibles. L'astuce, cependant, est que tous les objets collectent du mana au cours du jeu. Vous pouvez utiliser ce mana soit pour améliorer l'arme directement, soit pour la renforcer avec une fusion d'objets. Et si vous êtes des fervents admirateurs de leveling, Phantom Brave vous propose également des donjons générés aléatoirement.

Et artistiquement ?

Visuellement, le jeu a très mal vieilli. Dans les scénettes, cela est d'autant plus visible car les sprites des personnages sont très pixelisés et bavent beaucoup. Toutefois, ce défaut est compensé par les animations attrayantes qui donnent vie aux personnages. Au moins, la bande-son est toujours aussi agréable et ceux qui ont la flemme de lire peuvent à nouveau profiter de nombreuses voix off, en anglais ou en japonais. A propos, la connaissance de l'anglais est absolument nécessaire pour ce jeu. Ce remake n'a pas non plus été traduit en français.

Phantom Brave : The Hermuda Triangle est sans doute un must-have pour ceux qui aiment les licences de Nis America. Pour ses possibilités énormes et sa boucle de gameplay addictive, le jeu reste une référence dans l'aspect original qu'il propose.

Soul Nomad & the World Eaters

Introduction

Pour la deuxième partie de ce test, nous allons parler du deuxième jeu de cette compilation. Encore une fois le jeu est en anglais. Mais curieusement, ce jeu est passé inaperçu car je n'en ai jamais entendu parlé ... Voyons voir de quoi il en retourne ...

Mise en situation

Les joueurs commencent par choisir un sexe et un nom pour leur personnage, et rencontrent immédiatement le personnage de Danette (On se lève tous pour ... OK, je sors) , l'amie d'enfance du personnage principal. Tous deux sont convoqués dans le cabinet de Lady Layna, la chef de leur village, où le personnage principal reçoit l'âme de Gig, un "dieu" meurtrier et grossier qui, à l'origine, a lâché les World Eaters sur le monde. Il prête une partie de son pouvoir à son vaisseau, déterminé à en prendre le contrôle et à reprendre son carnage. Cette puissance est bien nécessaire car les World Eaters, après des années de sommeil, se réveillent à nouveau. C'est, bien sûr, au joueur de remettre les choses en ordre.

Prinny Presents NIS

La boucle de gameplay

Le système de combat en équipe d'antan, salué dans de nombreuses légendes comme le Saint Graal des systèmes de combat des T-rpg, fait enfin son retour dans Soul Nomad. Quoi qu'il en soit, les vétérans des précédents T-rpg de NIS se retrouveront en terrain moins familier. Les batailles se déroulent au tour par tour sur une grille carrée, comme d'habitude, mais l'ajout d'escouades ajoute un peu de profondeur au système. Jusqu'à neuf personnages différents peuvent être disposés dans une pièce pour former une escouade, le placement et les combinaisons des unités déterminant les types d'attaques qui sont déclenchées. Un guérisseur placé au dernier rang, par exemple, soignera toute l'escouade, contrairement à une seule rangée s'il était placé au centre. En revanche, un guerrier ne fait absolument rien à l'arrière. De plus, les escouades se voient attribuer des chefs qui déterminent les attaques spéciales et les capacités tactiques. Sans chef, l'escouade n'est rien, et si le chef meurt, l'escouade meurt avec lui.

Prinny Presents NIS

Une composante incroyable du soft … La formation d'escouades !

La formation des escouades est déterminée par la disposition des pièces. Au fur et à mesure que le jeu progresse, les joueurs ont accès à davantage de pièces, qui peuvent être remplacées par une pièce aléatoire à l'aide de la commande "change". Cela permet de mieux placer les unités et d'obtenir des capacités différentes pour chaque pièce. Des verrous de salle sont également acquis au cours du jeu, ce qui permet au joueur de conserver une salle particulièrement intéressante pendant qu'il passe en revue les autres. De plus, les pièces peuvent être agrémentées de décorations, qui offrent une variété de bonus en plus de l'effet normal de la pièce. Malheureusement, ces décorations ne durent que le temps d'une bataille, après quoi elles sont vraisemblablement envoyées dans l'au-delà. Les pièces peuvent également être inspectées, ce qui envoie le joueur dans une série de donjons aléatoires et lui donne la possibilité d'augmenter les bonus de la pièce.

Prinny Presents NIS

L'entretien d'une armée est, malheureusement, un travail coûteux. L'appel d'une escouade au combat coûte des "Points de Gig", la forme de monnaie du jeu, dont le prix augmente en fonction de la force de l'escouade. Les unités et les objets sont également achetés avec des points Gig. Le niveau des unités peut être ajusté à l'achat, ce qui évite d'avoir à passer des heures à prendre de l'expérience pour augmenter le niveau des nouveaux membres de l'équipe.

La plupart des objets font généralement ce que l'on attend d'eux, en soignant comblant certaines faiblesses et en effectuant diverses tâches, tandis que certains permettent de se battre avec des habitants de la ville au hasard, ce qui peut donner lieu à plusieurs récompenses différentes allant des GP aux objets. La plupart du temps, il s'agit de GP et d'objets. Il est important de ne pas être trop hostile envers les habitants de la ville, cependant, car l'un d'entre eux peut apparaître au milieu d'un combat pour se venger des forces impitoyables d'un joueur sans cœur.

Bon ce n'est clairement pas un remaster ...

Les joueurs habitués au style artistique de NIS ne trouveront rien de nouveau ici. Les nouveaux venus se retrouveront face à des sprites en 2D qui pourraient avoir leur place sur une PS1, avec des animations d'attaque très bien faites et des cartes de combat plates et ternes. Cette dernière est en fait la nouveauté, et c'est un peu une régression par rapport aux jeux précédents, où les cartes étaient au moins en 3D. Les styles musicaux de Tenpei Sato se sont beaucoup améliorés cette fois-ci, produisant une bande-son plus sombre et plus impliquée qui sert à donner le ton du jeu.

Dans l'ensemble, Soul Nomad and the World Eaters est un portage intéressant mais qui graphiquement a vraiment trop vieilli, offrant un système de combat profond et agréable ainsi qu'une intrigue sérieuse qui surpasse largement les autres jeux de Nis America, tout en conservant un certain niveau d'humour pour lequel le studio est connu.

Pour conclure sur Prinny Presents NIS Classics Volume 1

Je finirais ce test sur une note convainquante. Bien que les graphismes ne soient pas du tout remis au goût du jour et qu'il n'y a clairement pas eu d'effort de la part du studio même pour un lissage des sprites. Les jeux proposés dans cette compilation sont tout de même d'une qualité exemplaire en temps que JRPG stratégiques. Pour les deux soft, nous pouvons dire que la profondeur du gameplay nous transporte et qu'il serait dommage de passer à côté de ces deux jeux, si vous ne les avez jamais faits. Pour ceux qui aurait déjà eu dans le passé la possibilité de les finir, je dirais que repasser à la caisse n'est pas une chose que je conseille à la vue du peu d'efforts fourni en terme de graphismes. Les deux jeux n'en restent pas moins exemplaires pour autant.

Pour en savoir plus sur ce jeu ou cette licence, vous pouvez aussi suivre ce lien !

Réagissez à nos articles sur Twitter avec le hashtag #jrpgfr !

Réagissez à nos articles sur notre page Facebook !

Si tu veux rejoindre l'équipe de rédaction, postule ici !

Prinny Presents NIS Classics Volume 1
7

Drôle !

  • Deux jeux mémorables en terme de scénario
  • Un gameplay qui n'a pas pris une ride
  • Des musiques entrainantes
  • Le T-rpg ultra représenté de manière originale dans les deux softs
  • Graphiquement obsolète et c'est peu dire ...
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Kuro Azeus

administrator
Bonjour à tous ! Je suis le créateur de JRPGFR. Fan de J-RPG et de POP culture japonaise, j'ai dans l'espoir de partager ma passion avec un maximum de monde. Mon J-RPG favori est Chrono Trigger ! Venez nous lire, on vous attend !