Phoenix Point Béhémoth Edition est une version améliorée de Phoenix Point, sorti initialement sur PC/Mac en 2019, cette version adaptée pour les consoles est donc disponible sur PC, PS4/5, Xbox One/Series.

Test de Phoenix Point Béhémoth Edition réalisé sur Series X/PC.

Phoenix Point, simple clone de X-Com ?

Lorsque vous démarrez Phoenix Point, les similitudes vous sauteront sûrement aux yeux. Pas mal d’éléments rappellent la licence X-Com, néanmoins, le traiter de clone serait réducteur.
En effet, pas mal de choses ont été modifiées, améliorées, repensées, afin de ne pas en devenir un vulgaire clone.

L’histoire s’en rapprochera mais pas mal d’éléments de gameplay nous prouveront ici qu’il s’agit bien d’une autre licence.
Si cela reste un “tactical“, quel plaisir de pouvoir se déplacer, tirer et ensuite se mettre à couvert, grâce à une jauge d’action totalement différente.
Aussi, pouvoir utiliser différents transporteurs pour envoyer des équipes en expédition afin de récolter des ressources sera une bonne idée. Certes connues et vues dans pas mal de rpg/jrpg/mmo, cette fonctionnalité nous donnera l’impression d’être un vrai petit commandant en chef !

L’interface sera claire et compréhensible, bien que beaucoup d’informations apparaissent à l’écran. Cela ne sera pas illisible et reprendra vraiment ce qui doit l’être comme les ressources, les unités, etc.

Des aliens, encore ?

L’histoire, bien que classique, aura quelques petits détails plutôt intéressants et bien pensés.
En 2022, des scientifiques découvrent un virus extraterrestre dans le permafrost, le réchauffement climatique ayant provoqué la fonte des glaces (hors-sujet mais ce thème est, pour le coup, très réaliste) libère ce dernier.

Nommé Pandoravirus, petit jeu de mot avec la boite de Pandore, très certainement, celui-ci provoque la mutation des humains et animaux en horribles abominations.
Le virus alien progresse rapidement, modifiant notamment le génome des espèces aquatiques pour les transformer en créatures hybrides capables de sortir de l’eau !
Le jeu commence en 2047, la population mondiale est presque totalement éradiquée, vous faites partie des survivants. Trois factions se sont crées avec le temps, chacune avec ses idéaux mais ayant un but identique, survivre ! A tout prix !

En temps que leader d’une équipe de “Phoenix Point”, vous devrez mener vos hommes vers la victoire et la survie.

Phoenix Point membre d'équipe
équipement lourd sur un membre d’escouade

Tactical RPG ?

La gestion sera très fortement présente et se rapprochera d’un RPG sur certains points, ce que X-Com ne proposait pas !
Dans Phoenix Point, les ressources devront être récupérées et utilisées pour embaucher de nouvelles têtes, améliorer les équipements, etc. Sachant que presque tout est améliorable et que les personnages montent de niveau, ce côté RPG est plutôt plaisant.

Vous pourrez avoir plusieurs transporteurs afin d’utiliser différentes équipes que vous pourrez dispatcher sur la carte du monde.
Vous aurez l’occasion de faire partie de trois factions différentes, bien sûr, pas les trois en même temps. La négociation sera de mise pour vous attirer les faveurs d’une d’entre-elles en particulier, ce qui vous attirera les foudres d’une autre sans aucun doute.
Chaque faction aura ses propres avantages et inconvénients, unités disponibles, technologies accessibles. Si vous voulez voir chaque unité en action, il faudra refaire plusieurs parties. Même si en étant ennemi, il y aura la possibilité de voler certaines technologies.

Vous ne pourrez pas tout voir en une seule partie, ce qui poussera au “new-game” si la complétion est dans votre optique.
Surtout que les missions seront aléatoires. Le jeu s’apparentera alors un peu à un “Rogue-like” dans certains de ses aspects, notamment la génération procédurale des ennemis.
Les environnements destructibles auront aussi un rôle à jouer !
Ici, impossible de se terrer en se croyant sans risque, les bâtiments et protections peuvent être détruits. C’est un facteur de gameplay supplémentaire à prendre en compte.

Phoenix Point visée
La visée précise dans Phoenix Point, tellement utile !

Et le gameplay dans tout ça ?

Côté gameplay, pas mal de changements, comme je l’ai dit auparavant, la jauge d’action vous laissera plus libre que dans un X-Com.
Phoenix Point a aussi un autre atout à faire valoir, en effet, terminé les tirs hasardeux avec un pourcentage de chance de toucher l’ennemi ! Ici, vous pouvez viser manuellement et même s’il reste une jauge de pourcentage par rapport à votre visée, c’est moins punitif pour rien.

Dans X-Com, une malchance pouvait retourner une mission en quelques instants ! Il y a moins de chance que cela arrive dans Phoenix Point.
Cela vous permettra notamment de viser certains points cruciaux, par exemple, détruire une jambe d’un ennemi l’immobilisera !
Même si ça peut paraitre normal et simpliste, très peu de jeux utilisent cette mécanique, la plupart du temps, seul une barre de vie est attribuée…
Il faudra prendre en compte ce genre de détails car, quel plaisir d’immobiliser un ennemi loin de vous quand vous savez pertinemment bien que vous ne pourrez pas le tuer de suite et que s’il arrive près de vous, c’est la mort assurée.

Autre point positif, il est impossible que j’oublie de vous parler de la gestion de l’inventaire personnel. En effet, vous avez la possibilité de récupérer différents objets, tels que munitions, armes, grenades, qui pourront être utilisés par certaines classes de personnage.
Inutile d’essayer d’équiper un fusil sniper sur un personnage type “armure lourde“, il n’aura pas la technique pour l’utiliser, du coup, il faudra gérer ce qu’on récupère et avec qui on le fait.
Heureusement, des échanges seront possibles entre vos personnages, il faudra qu’ils se situent tout près l’un de l’autre et l’opération coûtera parfois des Points d’action.
La nécessité d’avoir des armes de rechange dans votre inventaire est due au fait que votre équipement peut être détruit, se retrouver avec une arme inutilisable face à l’ennemi ne fera jamais plaisir…

Menu base Phoenix Point
Le menu de gestion de bases, digne des années 1990

Perfectible ? Meilleur qu’un X-Com ?

Quelques bugs sont à déplorer, notamment l’impossibilité d’attribuer correctement vos touches clavier. Celui-ci devra être mis en anglais pour plus de facilité, peut-être une future mise à jour réglera-t-elle ce problème ?
L’ergonomie n’est pas parfaite, le menu des bases est une véritable régression par rapport à un X-Com 2. Les icônes ressemblant à un jeu des années 90 ne donnera pas forcément envie de s’y attarder, même si, malheureusement, beaucoup de choses se passent dans ces menus disgracieux.
Ce genre de points montrent que les moyens financiers mis en place pour X-Com 2 ne sont plus disponibles.
Graphiquement, ce n’est pas incroyable, les musiques, quant à elles, sont quelconques. Ce jeu n’est pas vraiment créé pour être une œuvre audio-visuelle époustouflante mais plutôt pour proposer une histoire, suivre l’évolution de certaines personnes, d’un monde qui se meurt.

Phoenix Point Géosphère
La géosphère, là où vous irez en mission

Conclusion

En résumé, ce Phoenix Point est loin d’être parfait. Néanmoins, il vous donnera envie d’avancer, d’en voir plus, de rencontrer d’autres unités, de voir d’autres technologies.
Avec une durée de vie d’une trentaine d’heures et une rejouabilité correcte, il y a moyen de passer de bons moments.
Même s’il n’est pas un “must-have”, il reste une très bonne expérience à vivre.
Si en plus, vous êtes à la recherche de difficulté, le titre vous donnera de quoi faire, vous ne serez pas déçu si vous cherchez du challenge.
Tout comme dans X-Com, il faudra parfois vous accrocher pour venir à bout de certaines créatures et missions.

Pour en savoir plus sur le jeu, vous pouvez aussi suivre ce lien !
N’hésitez pas à réagir à nos articles sur le Twitter 🐤 de JRPGFR avec le hashtag #JRPGFRpourTous  💋 !

Soutenez JrpgFR sur Tipeee

Phoenix Point Béhémoth Edition
7/10

Avis de la rédaction

Plus

  • Histoire/narration, même si thème vu et revu
  • Gameplay notamment le mode de visée et une certaine rejouabilité
  • Challenge tout en étant moins punitif qu’un X-Com
  • Côté “RPG” et gestion

Moins

  • Menu “gestion de base” digne de 1990
  • Ergonomie plus que perfectible
  • Bestiaire pauvre
  • Musiques oubliables et graphismes simplistes

Kei san

administrator