Square Enix (SE), l'éditeur japonais, est plus que jamais sur le devant de la scène en termes de J-RPG en cette fin d'année 2022. Point n'est besoin de chercher durant des heures pour trouver des productions de la société si l'on s'intéresse ne serait-ce qu'un peu à l'actualité de la firme. Crisis Core FFVII Reunion, Triangle Strategy, Tactics Ogre, Harvestella, Star Ocean The Divine Force, Dragon Quest Treasures, Various Daylife, The Diofield Chronicle, Nier Automata (Switch), Romancing SaGa -Minstrel Song- Remastered... Autant de jeux que nous ne puissions finir dans les délais que nous proposent le père de Final Fantasy.

Les questions sont celles-ci :

  • Pourquoi nous proposer autant de sorties en si peu de temps ?
  • Suite à nos différents tests, nous pouvons dire qu'il y a un vrai manque de budget, mais pourquoi ?
  • La société Square Enix est-elle en difficulté ?

Nous tenterons de répondre à ces questions durant cet article, et comme vous avez pu le constater, ces trois questions sont étroitement liées.

Les échecs successifs

Suite à la revente de ses studios occidentaux avec les échecs successifs de Marvel's Avengers, Outriders, The Galaxy Guardians et plus récemment la fermeture des serveurs de Babylon's Fall et du jeu mobile Final Fantasy VII The First Soldier, la panade n'en devient que plus épaisse. Rien que pour ses jeux Marvel, la compagnie aurait perdu 200 millions de dollars selon Dave Gibson, analyste senior pour MST Financial et spécialisé dans l’industrie vidéoludique.

Pour ce qui est Outriders, People Can Fly a révélé ne pas avoir été payé par Square Enix, estimant que le titre n’avait pas atteint son seuil de rentabilité et critiquant la politique de l’éditeur et ce en 2017.

Square Enix

Récemment, nous avons appris une fermeture prochaine (2023) des serveurs de Babylon's Fall qui fut une véritable catastrophe avec des pics de 10 joueurs sur Steam en avril 2022 ce qui comptabilise à peine un an de service pour le jeu. Il en va de même pour le battle royal FFVII The First Soldier moins d’un an après le lancement du jeu et est officiellement abandonné par Square Enix qui reconnaît avoir manqué sa cible et ses objectifs. C'est un résumé grossier de la situation, mais il indique que la société est clairement en manque de stabilité.

Les causes pandémiques

Comme le disait un Tweet officiel de SE en décembre 2021 : "La pandémie a nécessité une réorganisation totale et le développement de #FinalFantasy XVI subit un retard de six mois. Le producteur, Naoki Yoshida, s’excuse de ne pas pouvoir vous offrir plus de nouvelles du jeu cette année et vous donne rendez-vous au printemps 2022.". Il ne faut pas fermer les yeux sur ce point. La réorganisation durant la pandémie mondiale a forcément eu un impact financier sur la société japonaise.

Square Enix

Moi-même développeur, je peux vous dire que la perte de temps pour faire de votre domicile un poste de travail fonctionnel est énormissime. Rien que pour mon cas, il fallut plus d'un mois pour que je puisse travailler avec un VPN (réseau privé virtuel) sécurisé et rendre compatible les outils du bureau avec le travail à distance. Il est normal, pour le commun des mortels, de ne comprendre ce genre de choses. Alors imaginez faire de même pour des centaines de développeurs ? Il existe bien entendu des systèmes de versioning sécurisés qui vous permettent de récupérer le code du jeu depuis n'importe quel endroit du monde, mais qu'en est-il des bases de données de test ? Celles-ci sont sécurisées et limitées à un certains range d'IPs venant d'un réseau privé. Nous pouvons imaginer la complexité de mettre un VPN en place pour que tout le monde puisse avoir accès à ces DB. Trêve d'explications techniques. Cet argument met, cependant, en lumière la première cause d'une perte énorme d'argent.

Square Enix doit se recentrer sur ce qu'il fait de mieux !

Il existe plusieurs points communs dans les sorties de l'entreprise en 2022. Il y a effectivement des nouvelles licences, mais aussi des licences connues. Dans celles qui sont connues, nous retrouvons des spin-off, ainsi que des rééditions sous forme de refontes ou des remastérisations. Celles-ci sont des productions à moindre coût qui permettent à la société de générer de l'argent plus ou moins facilement et ainsi éponger le manque à gagner des échecs précédents et de la situation pandémique de ces dernières années.

Il y a aussi de nouvelles licences AA, qui comme son nom l'indique, sont aussi des productions à faible budget comme peut l'être un Triangle Strategy ou Octopath Traveler 2. Des softs certes appréciables, mais qui ne sont pas à la hauteur de J-RPG grandioses et mémorables auxquels nous a habitués la société nippone.

Square Enix
Triangle Strategy

Là où nous pouvons ressentir la réelle difficulté à produire de grands jeux, c'est dans les nouvelles licences ou le retour d'anciennes licences avec une nouvelle numérotation. C'est bien entendu le cas de The DioField Chronicle qui est vraiment bon mais qui laisse à désirer dans sa technique globale. L'exemple le plus flagrant est à travers le dernier Star Ocean : The Divine Force pour lequel nous attendons toujours une mise à jour qui viendrait arranger les performances du jeu sur PC et PS5.

Pour le plus récent, Harvestella, est un jeu amusant et intéressant dans sa structure, mais qui graphiquement passe encore une fois pour un jeu bas de gamme. Et c'est dommage ! Pourtant les idées sont bien présentes, la réalisation est de bonne facture, mais nous ne pouvons pas nous empêcher de ressentir que pour Square Enix, les budgets alloués ne sont plus du tout les mêmes qu'il y a une dizaine d'années.

Harvestella

Encore une fois, cette itération de jeux n'est là que pour remplir les caisses rongées par les échecs successifs de la société.

Quel futur pour le père de Final Fantasy

Nous avons tenté de répondre aux questions que nous nous posions quant à la qualité des dernières sorties de SE. Le futur s'annonce tout de même de bon augure avec la sortie en 2023 du tout dernier Final Fantasy numéroté et de la production originale Forspoken que nous attendons avec impatience à la rédaction. Square Enix tente tout de même de remonter la pente en nous proposant des nouvelles licences, certes à bas budget, mais qui n'en sont pas moins dénuées d'intérêts. Espérons que l'avenir soit fructueux pour la société et pour nous en termes de qualité.

Et vous, qu'en pensez-vous, n'hésitez pas à réagir en commentaire ou sur nos réseaux sociaux. Votre avis nous intéresse !

Réagissez à nos articles sur Twitter avec le hashtag #jrpgfr !

Réagissez à nos articles sur notre page Facebook !

Si tu veux rejoindre l'équipe de rédaction, postule ici !

Sources : Gameblog, Gamekult, Polygon

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Kuro Azeus

administrator
Bonjour à tous ! Je suis le créateur de JRPGFR. Fan de J-RPG et de POP culture japonaise, j'ai dans l'espoir de partager ma passion avec un maximum de monde. Mon J-RPG favori est Chrono Trigger ! Venez nous lire, on vous attend !