Bienvenue dans ce test de The Caligula effect 2. Le jeu faisant suite au premier titre éponyme est édité par NIS america et est écrit par Tadashi Satomi, le scénariste de la série Persona ainsi que son directeur Takuya Yamanaka. Il sera sous-titré en anglais et doublé en japonais uniquement. Le précédent opus étant resté dans l’ombre de l’excellent Persona 5 lors de sa sortie, n’a pas rencontré le succès escompté et a eu du mal à trouver sa place. Le deuxième volet rattrapera-t-il le coup ? En vaut il le coup ? Voyons ça ensemble !

Histoire 

Le jeu se déroule dans monde de rêve virtuel appelé REDO et créé par une virtuadoll du nom de Regret. Monde dans lequel vous vous éveillez d’un cauchemar surréaliste en quête de vérité. Une histoire très originale et intéressante dans laquelle vous vous retrouvez inévitablement embarqué aux côtés de χ la virtuadoll et d’alliés qui, comme le héros, éveilleront leur Catharsis afin de rejoindre le monde réel. Leur objectif est de mettre fin au mensonge dans lequel ils ont si longtemps vécu et combattre Regret et ses musiciens. Du côté de la narration, les dialogues sont bien menés mais souvent niais et longuets. Les personnages sont attachants, charismatiques et développés dans un univers de style manga décalé et devenu populaire. Le ton est souvent enfantin pour une histoire grave, ce qui peut parfois déconcerter, mais également faire sourire.

[Test] de The Caligula effect 2
Regret la Virtuadoll et son acolyte

Gameplay 

Au début du jeu, pas moins de quatre modes de difficulté s’offrent à vous. Elles vont de facile à extrême et vous pourrez les modifier à tout moment de l’aventure. Vous devrez nommer le héros et aurez la possibilité de choisir son sexe.

Lors des phases d’exploration, les déplacements sont fluides et la camera n’est pas capricieuse. Vous aurez l’occasion de trouver sur votre chemin des points de récolte sous forme de cristaux qui vous donneront soit des objets, soit des yens et des points X. Ceux-ci remplissent également une jauge de voltage, dont nous parlerons plus loin dans le test. Les points X servent quant à eux à acheter des textes de chanson qui débloquent des effets propres à chacun d’entre eux pour votre virtuadoll, mais aussi à acheter de nouveaux Stigmas (les équipements). Vous en obtiendrez de multiples façons.

Un système d’affinité entre les personnages vous permettra de débloquer des événements liés à leur histoire personnelle afin d’en apprendre davantage à leur sujet. À la manière d’un Xenoblade, vous aurez à augmenter vos liens sociaux avec la plupart des personnages du jeu en leur parlant et en accomplissant des quêtes. Parler avec tous ceux que vous croiserez pour débloquer des quêtes sera donc indispensable. C’est un mécanisme que j’aime beaucoup.

[Test] de The Caligula effect 2
Exploration à la sortie de la station de métro d’Okitama
Les combats

Il s’agit de tour par tour pas vraiment classique. En effet, ce qui différencie le système de combat de bien des autres ici, est le fait de pouvoir visionner le déroulement de vos futures actions avant de les avoir validées. Vous pourrez alors faire marche arrière pour vous adapter ou pour changer radicalement votre stratégie en conséquence. Vous pourrez ajuster vos timings d’action en déplaçant un curseur afin d’esquiver ou de frapper juste au bon moment. Il faudra donc accorder vos violons avec vos coéquipiers. Le système est bon et addictif.

future
Visualisation des actions futures en combat

Vous aurez le loisir de faire chanter votre Virtuadoll lorsque la fameuse jauge de voltage est pleine. Ceci aura pour effet de vous octroyer des bonus de stats ou effets divers. Les batailles sont d’une richesse stratégique inouïe et demandent parfois beaucoup de réflexion. A l’instar d’un Chrono Trigger dont la réputation n’est plus à faire, vous pourrez vous déplacer et toucher des ennemis par ligne ou par croix. Des attaques spéciales individuelles peuvent être déclenchées lorsque votre jauge de stress bat son plein et feront des dégâts dévastateurs.

Graphismes 

Le charadesign est mené d’une main de maître mais je déplore le manque de technique concernant la modélisation et l’animation globale des personnages et décors. Les couleurs sont ternes et mal accordées. Un aliasing parfois très marqué est également omniprésent. Certains détails semblent avoir eu plus de soin à leur réalisation que d’autres. Nous aurions pu nous attendre à beaucoup mieux venant d’un jeu sur cette génération de consoles.

Musique 

La bande-son n’est pas marquante dans son ensemble. Les pistes ne sont ni entrainantes, ni représentatives des séquences de jeu auxquelles elles sont associées, et elles sont répétitives. Les chansons interprétées par Arisa Kori, Ayase et Kemu sont plus agréables à entendre.

Conclusion

Ce jeu est pour moi une très agréable découverte de par son gameplay et sa narration. J’ai beaucoup apprécié les clins d’œil à Persona. Le scénario est original et captivant. Il dénonce des situations sectaires que peuvent provoquer des états de fanatisme extrêmes trop courants dans notre société. J’ai adoré réaliser ce test de The Caligula effect 2 et c’est un jeu que je recommande vivement aux amoureux du genre. Malgré des musiques et des qualités techniques décevantes, je me permets d’espérer que le potentiel artistique et mécanique de la licence lui ouvrira les portes du succès.

The Caligula effect 2 sortira chez nous le 19 octobre 2021 sur PS4 et Switch.

Pour en savoir plus sur le jeu, vous pouvez aussi suivre ce lien !
N’hésitez pas à réagir à nos articles sur le Twitter 🐤 de JRPGFR avec le hashtag #JRPGFRpourTous  💋 !

Soutenez JrpgFR sur Tipeee

The Caligula effect 2
8/10

Avis de la rédaction

PLUS

  • Un scénario intéressant et original
  • Des personnage développés
  • Un charadesign magnifique
  • Un gameplay riche et intuitif
  • Un système de combat extraordinaire pour lequel je rajoute un point

MOINS

  • La qualité des graphismes
  • Les musiques un trop répétitives et ennuyeuses
  • Des scènes parfois longues et inintéressantes

Flynn

administrator
Hello, je m'appelle Guillaume et je suis un grand fan de jrpg depuis maintenant près de 25 ans. Mon premier jeu a été pokemon version bleu et je suis rapidement passé à la saga final fantasy et Tales of dont je suis fan inconditionnel. Concernant la saga Tales of, je suis fondateur et admin d'un groupe. Je les ai également tous fait depuis l'arrivée de Phantasia et surtout de symphonia en france. Je suis un amoureux de tpt et d'action rpg.