Test de The Thaumaturge - Bienvenue dans la mythologie serbe !

Accueil / Test de The Thaumaturge - Bienvenue dans la mythologie serbe !
Partagez l'amour du jrpg

De temps en temps, JRPGFR s'accorde à sortir de sa ligne éditoriale. Cette fois, nous vous proposons de découvrir le test de The Thaumaturge. En effet, ce jeu de rôle occidental, développé par un studio polonais, nous plonge dans l'Histoire polonaise. Bienvenue à Varsovie, en 1905, dans les traits d'un thaumaturge chassant les esprits ! Une très belle entrée revisitant l'Histoire, mais surtout, explorant la richesse du folklore occidental ! Cette narration demeure dans une réalité alternative et prend en compte certains noms historiques, sans pour autant la rejouer.

Nous avons pu jouer en avant-première à The Thaumaturge grâce à l'aimable concours de Warning Up.

L'histoire de The Thaumaturge

Victor Szulski est un thaumaturge, un faiseur de miracles selon la définition. Il doit revenir dans sa ville natale, son pays d'origine. C'est lui que vous incarnez. Dépêché par votre sœur, Ligia, vous apprenez que votre père est mort. Cet enquêteur doit donc venir saluer son père une dernière fois et enquêter sur sa disparition quelque peu... mystérieuse. Surtout que, comme vous, votre paternel a un grimoire répertoriant le ou les salutors, des esprits, capturés ! Et il a disparu. Vous entrez alors dans une relation paternelle difficile dans laquelle vous comprendrez que Victor et son père entretenaient un lien : celui d'être un thaumaturge. Pour l'amour d'un père, on repassera. Votre but : enquêter sur cette tragédie familiale, chasser les esprits, les accueillir, en faire de redoutables alliés et surtout, récupérer le grimoire de feu, votre père.

Dans une Varsovie sous égide russe, vous devrez chercher, collecter et trouver des indices vous menant aux solutions. The Thaumaturge vous renvoie à votre enfance difficile dans vos rêves empreints de mysticisme. Vous y verrez votre défunt père, des créatures mythologiques et une histoire bien étrange. Si les salutors deviendront vos compagnons, certains personnages du passé rejoindront temporairement votre aventure. Il y a toutefois un personnage récurrent qui soignera vos maux et qui empêchera de succomber à la folie régulièrement. Ce personnage porte le nom de... Raspoutine.

The Thaumaturge

Vous aviez quitté le nid familial il y a bien longtemps. Entre-temps, la famille Szulski vivait honorablement en la capitale de la Pologne. Votre père vivait de ses enquêtes en tant que fabulaturge réputé et demandé. Sa fille, Ligia, menait sa vie comme une femme entrepreneure dans une époque à laquelle les femmes se cantonnaient à d'autres tâches. Votre maman, était partie vivre à Paris, où elle eût accueilli son rejeton de thaumaturge.

Cette histoire vous plonge dans une famille froide et détruite et dans la construction d'un enfant grandissant avec le désamour d'un père. Victor revient pour lui dire au revoir avec sarcasme, mais se retrouvera embarqué dans une histoire qui le mènera aux hautes sphères de la société. Car oui, derrière ce conte se cachent un labyrinthe émotionnel et une révolution visant à renverser la Russie envahissante. L'histoire est sacrément bien ficelée, les rebondissements existent et vous mettront le cul par terre. Et puis, quand vient l'heure des fantômes prenant forme physique, la peur s'immisce. Le tout forme une histoire peu commune, avec toute la sacralisation de la famille et de ses représentations, ainsi que la matérialisation de nos démons.

Un mélange divertissant et prenant !

The Thaumaturge vous plonge dans un mélange de gameplays. Jeu d'enquête par excellence, proche du roman graphique, vous passerez beaucoup de temps à lire et à arpenter les rues froides des quartiers polonais. Pour résoudre vos enquêtes, vous chercherez donc des objets, des sensations, et en prendrez possession. Tous ces outils vous donneront des voies parmi lesquelles vous choisirez à nouveau la manière de résoudre une investigation. Pour cela, certains d'entre eux sont directement visibles quand d'autres seront imperceptibles. Vous devrez jouer de votre perception pour les dévoiler à l'écran. Plusieurs preuves seront toujours nécessaires à la résolution et, plus vous en possédez, plus vous aurez d'arguments pour rétablir la vérité. S'il vous manque des éléments, les dialogues resteront illisibles et donc, l'histoire peut demeurer non résolue.

À la recherche de votre passé

De nombreuses enquêtes secondaires viendront paver la vie de Victor Szulski. Des meurtres principalement, des morts inexplicables, des peurs, des refus, voilà ce que propose The Thaumaturge. Il est d'ailleurs convenable de les réaliser rapidement, car la plupart disparaissent avec le temps, ajoutant un rythme à cette aventure. Bien entendu, Varsovie est grande et la carte se découpe en quartiers plus ou moins lointains. Pour vous rendre d'un espace à l'autre, cela se fera par calèche ou par tramway, mais jamais en marchant. Histoire d'ajouter du contenu, un cycle jour/nuit vous permettra repos, discussions avec Oupyr, votre salutor, et vous autorisera à attendre une certaine période du jour ou de la nuit. Vous devrez donc explorer le temps et l'espace en quêtes d'affaires, d'objets, de personnages, de quêtes. Les quêtes secondaires rejoignent, de près ou de loin, l'enquête principale.

The Thaumaturge

En plus de ramasser de nombreuses informations, vous participerez à des dialogues bien menés. Selon les indices collectés, vous pourrez exploiter toutes les routes jusqu'à tirer une conclusion et finaliser l'enquête. Ces dialogues mènent parfois à des combats, parfois à la résolution, mais il est possible d'éclaircir une enquête sans avoir tous les indices. Tous les dialogues possèdent plusieurs voies qui nourrissent votre fierté ou déterminent les futures relations. En effet, les PNJ, selon vos réponses, se souviennent de certaines d'entre elles. À vous de faire les bons choix et de progresser dans la solution qui vous appartient.

Parallèlement, Oupyr s'interpose et vous propose ce que je considère comme un mini-jeu. Celui-ci vous plonge dans l'enfance de Victor et à des moments-clé de celle-ci. Pour la réaliser, vous devrez suivre une route sans que le brouillard ne s'y immisce. Vous devrez alors porter toute votre attention aux bruits, aux images, à la luminosité pour continuer cette narration. En vous perdant, cette histoire se rompt et vous perdez de précieux présages à la compréhension du récit.

Des combats mystiques

Vos enquêtes mystérieuses vous amèneront à combattre certains personnages bien mal intentionnés. Certains d'entre eux, les plus importants, auront des failles qui suggèrent la présence d'un salutor sauvage. Ce sera alors à ce moment que l'histoire prend un tout autre attrait : celui de se battre au tour par tour ! Même s'il est possible d'éviter bon nombre de combats, ceux-ci se déroulent selon des tours pendant lesquels vous incarnez Victor et le salutor que vous voulez. En effet, si vous commencez avec Oupyr, votre salutor désigné, vous en capturerez d'autres au prix de combats diablement bien établis.

Comment le combat se déroule t-il ? Au prix de compétences acquises via un arbre représenté par chaque salutor, vous gagnez de l'expérience en collectant les indices, journaux, papiers froissés partout où ils se trouvent. Ainsi, vous obtenez un point par niveau gagné. Quatre arbres représentent votre cœur, votre esprit, vos actes et votre parole. Victor possède un grimoire sur lequel il trace les compétences utilisées en combat. Les compétences s'activent par des sortes de cartes. Certaines ont plusieurs traits, et plus ces cartes en ont, plus l'aspect mental ou physique est fort. Plus vous recensez de salutors, plus vos possibilités grandissent dans l'établissement des cartes à utiliser. Les combats se finissent lorsque les ennemis sont au tapis.

Victor se bat à poings nus, mais possède une arme à feu. Son meilleur atout demeure dans l'utilisation des compétences de son salutor. Au début de chaque tour, vous sélectionnez la future compétence et celle de votre salutor. Vous avez le choix entre plusieurs cartes représentant des actions physiques et/ou mentales. Sur une ligne du temps, vous apercevrez où se placera votre action par rapport aux belligérants.

Les actions physiques parlent d'elles-mêmes et provoquent des dégâts directs. Les actions mentales provoquent des affaiblissements à la fin du tour, reconductibles en utilisant une compétence similaire. Les cartes obtenues par les salutors capturés possèdent de un à trois traits. Dans ces traits, vous insérez les cartes, ainsi, une carte jouée lors d'un tour, deviendra une action de niveau deux au tour suivant, proposant une version améliorée de la capacité. Il est donc très important de savoir comment attaquer l'ennemi que vous avez en face de vous.

Prenons l'exemple avec l'image ci-dessus : un ennemi a 25 points de vie et présente quatre points de jauge mentale. L'autre ennemi, avec une arme à feu, possède 21 points de vie avec sept points de mental protégés par un trait. Vaincre l'ennemi à l'épée sera aisé en faisant tomber sa jauge mentale à zéro. Une fois à zéro, je pourrais utiliser la carte barrée qui est en fait, l'attaque ultime du salutor sélectionné. Quant à l'ombre avec le fusil, faire descendre sa jauge mentale serait long. Je dois donc me concentrer à supprimer son trait, représenté par un bouclier, et l'attaquer mentalement. Cela lui infligera un statut d'état lui faisant perdre sa vie progressivement, et ce, pendant un certain nombre de tours ou, jusqu'à sa mort.

Dans cet exemple, pour la capture d'un salutor sauvage, tuer les ombres est nécessaire afin d'affaiblir le boss. Il enverra donc plusieurs vagues d'ombres avant que vous ne puissiez le capturer. Seulement, plus il s'affaiblit, plus il devient violent ! Une vraie course à l'adaptabilité, à la compréhension s'engage alors. En cas de victoire, vous acquerrez une nouvelle bestiole, et vous devrez l'apprivoiser grâce à Raspoutine... Encore lui... Également, les soins fonctionnent grâce aux compétences de vos salutors, mais perdent en efficacité selon le nombre de fois que vous l'utilisez.

La difficulté allant croissant, les ennemis peuvent détourner leur jauge mentale grâce à des traits. Ces traits s'éliminent uniquement grâce à la compétence d'un et d'un seul salutor. Une aide interviendra sous la forme d'une étoile verte sous le salutor capable d'enlever tel ou tel trait. Il y a au moins huit salutors à capturer et à apprivoiser dans The Thaumaturge. Chacun d'entre eux possède ses attaques, ses compétences, mais aussi la capacité de manipuler les personnes en dehors des combats. Cette manipulation mentale intervient pour le déblocage d'informations et donc, la progression d'une enquête.

The Thaumaturge vous plonge dans l'univers de la chasse aux sorcières. Dans cette période historique de guerres, les gens deviennent méfiants et la magie, le vaudou, l'ésotérisme se veulent victimes des gouvernements et des gens. Vous devrez donc faire avec la réputation de votre père, mais aussi, celle que traînent les thaumaturges. Des êtres magiciens qui font peur, alors qu'ils pourraient soigner certains maux que la médecine ne peut guérir. Raspoutine s'impose d'ailleurs en tant que précieux ami soignant. Certains combats auront donc lieu pour le simple fait d'être thaumaturge. De temps en temps, des personnages secondaires se joignent aux combats sans que vous puissiez les diriger, et il sera important de les faire vivre ! La mort est définitive pour eux !

The Thaumaturge

Toute une somme de gameplays vous conduisent à travers la ville de Varsovie. Les combats sont précis et leurs accomplissements sont sacrés. Mon cœur a battu au rythme des actions tellement c'est parfois millimétré. Une action mal menée peut vous diriger vers la mort. La recherche d'indices est saisissante avec le cycle jour/nuit changeant la perception de l'endroit où ils sont censés se trouver. Cependant, je trouve que l'expérience se gagne trop facilement et que la recherche est trop simpliste. Une ligne conductrice rouge vous mène toujours au bon endroit.

The Thaumaturge impose le respect !

La version à laquelle j'ai jouée subit régulièrement des mises à jour, il est donc important de prendre en compte que certains éléments négatifs pourraient disparaître dans sa version finale. Dans un premier temps, sachez que The Thaumaturge peut s'avérer effrayant par son évolution ésotérique. Fool's Theory a su développer, en termes graphiques, un très joli jeu. Comme le jeu est en constante évolution, j'ai perçu certains défauts dont il sera difficile de me dissocier.

Graphiquement, le jeu est assez gourmand en ressources. Les temps de chargement sont aléatoires. Les textures mettent un peu de temps à s'afficher après un long chargement. Certaines sous-quêtes vous engagent à la recherche de points d'intérêt dans le quartier. Ces points vous offrent des dessins à la main de très belles facture. Comme l'est la navigation dans les sous-menus, fluides et d'excellentes qualités, l'écriture et les illustrations le sont tout autant !

The Thaumaturge excelle surtout par son ambiance. À travers la narration, les dialogues, j'ai eu la sensation de vivre et de ressentir la froideur de la guerre. La musique, quand il y en a, devient presque secondaire tant l'ambiance est importante dans cet univers mystique. La voix très calme et posée du protagoniste colle parfaitement au métier dans lequel on côtoie des fantômes. Si la tension est palpable dans les conversations, le contraste avec la voix de Victor est apaisant. Le travail en amont fait pour trouver le doubleur, les doubleurs, est sensationnel. Les personnages sont bien modélisés avec une mention spéciale effrayante pour la partie très pâle des yeux. Visualisez les yeux d'un requin blanc et vous comprendrez.

The Thaumaturge

Encore une fois, en traversant le cycle jour/nuit, vous entendrez les différences. Le jour, la ville est bruyante, on y entend un brouhaha et les bruits quotidiens d'une ville animée. La nuit, place aux bars, aux prostituées, aux vomissements des badauds ayant trop bu, la froideur est bien plus pesante.

Ajoutez à cela donc, quelques bruits clichés d'enfants, de vents, de chevaux qui galopent et vous vous sentez plongés dans l'histoire. Un jeu de rôle s'associe à une histoire dont vous êtes le héros, et ici, cette définition se retrouve sous toutes ses formes. En souhaitant que les bogues rencontrés disparaissent dans la version finale, en voici une petite énumération. Quelques fautes d'orthographe subsistent, de gros ralentissements surviennent, et des parties non traduites sont lisibles et entendables. Et même si vocalement, on peut entendre parfois du polonais, cela est encore plus immersif, même si cela échappe à ma compréhension. Il est également arrivé que The Thaumaturge plante par deux fois, et que le son disparaisse totalement. Seul le redémarrage du jeu a pu alors régler cela.

Nous avons appris le repoussement de la sortie du jeu pendant le test. À la vue de mon expérience, c'est compréhensible tant il y a encore du travail techniquement.

The Thaumaturge - De la revisite de l'Histoire à la recherche d'un père illusoire

Varsovie, 1905. Entre deux périodes de guerres. La Première Guerre Mondiale arrivera neuf ans plus tard, mais avant cela, la révolution Russe. The Thaumaturge se pose ici : sur une poudrière géante qu'est la future Europe. Victor Szulski est un thaumaturge, il peut parler aux esprits. Fils de bonne famille devenu vagabond par sa décision de quitter le nid familial, il reviendra pour enquêter sur la mort de son père. C'est une histoire intrigante qui vous plonge dans l'univers ésotérique entre un père et son fils, liés par la thaumaturgie. L'histoire est belle et nous plonge dans le questionnement de ce que les morts nous laissent et de ce que nous en faisons. L'héritage est possible sous toutes formes.

De prime abord, les sujets abordés sont délicats, mais à valoriser pour la compréhension des êtres. J'ai grandement apprécié l'imbrication des mécaniques, les combats haletants et dont la conclusion peut surgir d'une erreur. Toutes les discussions et toutes les voies à explorer apportent une immense richesse à l'envie de les faire et les refaire. Sans compter le plongeon dans la mythologie serbe avec ses noms et créatures incroyables : Oupyr, Bukavac et les autres. The Thaumaturge étudie d'autres phénomènes folkloriques mondiaux grâce aux salutors. Un vrai travail d'Histoire et d'histoire au-delà du récit passionnant qui anime les doubleurs.

The Thaumaturge

Il y a beaucoup de réussites dans le jeu. Prendront possession de celui-ci ceux et celles qui aiment l'ésotérisme, l'Histoire, les récits de haute volée. Tous les joueurs et joueuses qui se reconnaissent dans ces traits.

Oui, The Thaumaturge est une réelle réussite. Je note cependant, à travers le jeu, une prise de position forte contre le gouvernement Russe. À laquelle, nous pouvons clairement voir une relation directe avec la situation actuelle. Le studio Fool's Theory est polonais. JRPGFR est là pour tester le jeu et non faire de l'actualité politique.

The Thaumaturge sortira le 4 mars 2024 sur PC via Steam, GOG, Epic Games Store, mais aussi PS5 et Xbox Series.

Tu aimes notre site et tu veux nous aider ?

Rejoins notre Discord pour postuler à la rédaction !

Tu n'aimes pas écrire ? Alors partage notre contenu ou rejoins nous sur nos Réseaux Sociaux !

Tu veux soutenir le projet, découvre notre Patreon !

[ 8 ] The Thaumaturge

  • Date de sortie (japon) : 04/03/2024
  • Date de sortie (Europe) : 04/03/2024
  • Développeur : Fool's Theory
  • Éditeur : 11 Bit Studios
  • Consoles : Ps5, PC, Series
  • Scénario 100%
  • Direction artistique 90%
  • Gameplay 85%
  • Plaisir 86%
  • L'ambiance, les bruitages, les sons
  • La qualité narrative
  • Les illustrations
  • Les recherches et le développement des enquêtes
  • Les combats millimétrés
  • La découverte de la mythologie serbe
  • La revisite de l'Histoire
  • L'apparition lente des textures après un chargement
  • Le nombre de sauvegardes automatiques
  • Les bogues et plantages
Partagez l'amour du jrpg
Naturel
Naturel

Bonjour,
Laurent dit "Naturel" ou encore "Renault". Créateur de jeux de mots et à l'humour douteux, mais toujours drôle ! J'aime faire des rapprochement entre jeux vidéos et société.
Fan de la licence Final Fantasy par laquelle j'ai commencé à jouer aux RPG japonais, sans savoir que c'en étaient.
Mes jeux préférés sont FFVIII et Tales of Vesperia, mais amateur de tous jeux vidéos, exceptées les simulations sportives.

Laisser un commentaire