Les jeux Persona d’Atlus n’ont guère besoin d’être présentés à ce stade : Depuis que Persona 3 a connu un succès foudroyant, la série est devenue de plus en plus célèbre, au point de devenir l’une des plus grandes franchises RPG avec plus de 11 millions d’exemplaires vendus en 2019, éclipsant sa série aînée Shin Megami Tensei. Il n’est donc pas surprenant que la première intrusion de la franchise dans un nouveau genre avec Persona 5 Strikers (P5S) attire beaucoup d’attention.

Introduction

P5S n’est pas la première tentative d’arborer d’autres genres : les jeux Persona Q étaient un jeu de donjon à la première personne de style Etrian Odyssey, Persona 4 Arena était un jeu de combat développé par Arc System Works (Guilty Gear et Blazblue), et pas moins de trois jeux de rythme ont également vu le jour.

Il s’agit toutefois de la première tentative de la série pour un RPG d’action, et comme le développement des jeux de combat a été effectué en collaboration avec un studio spécialisé dans ce genre, le développement de P5S a été réalisé avec Omega Force de Koei Tecmo Games, plus connu pour son travail sur les jeux Dynasty Warriors.

Persona 5 Strikers : Alice
Le Premier Boss : Alice !

On plante la tente !

Persona 5 Strikers est une suite directe de Persona 5. Elle se déroule pendant l’été, immédiatement après la fin de Persona 5. Le protagoniste Joker retourne à Tokyo pour les vacances d’été, mais lui et les autres Voleurs Fantômes se retrouvent mêlés à une conspiration faisant appel à la science cognitive, qui les envoie en voyage à travers tout le Japon.

L’histoire du jeu est étonnamment bonne, puisqu’elle suit les Voleurs Fantômes dans leur voyage à travers le pays entier dans un camping-car. Chaque nouvelle ville donne au joueur l’accès à un centre qui représente le lieu, comme le parc Odori et Susukino à Sapporo ou Dotonbori et Shinsekai à Osaka, et même s’il n’y a pas grand chose à faire dans ces régions, le fait de pouvoir les explorer contribue à l’aspect “road trip” du jeu.

Persona 5 Strikers

De nouveaux personnages, Sophia et Hasegawa Zenkichi, sont également les bienvenus dans le nouveau casting. Zenkichi, surtout en tant qu’adulte, policier et papa, est un personnage complètement différent du casting existant. Ses réactions au surnaturel et son alchimie avec les Voleurs Fantômes sont délicieusement drôles. Le personnage de Sophia, en revanche, peut parfois donner l’impression que les scénaristes sont en train de revenir sur un terrain familier, mais elle reste sympathique et attachante tout au long du jeu.

C’est tellement joli !

Un problème regrettable de l’histoire, bien qu’il ne s’agisse pas vraiment d’un problème, est la façon dont elle est racontée en tant que suite de Persona 5, et non sa version mise à jour, Persona 5 Royal. En tant que tel, il n’y a aucune référence aux personnages et aux événements introduits dans Royal. P5S refait même un peu de terrain avec des thèmes que Royal a également couverts avec son nouveau contenu. Donc, nous pouvons nous douter que Persona 5 Royal n’est pas un épisode canon.

La musique du jeu n’est pas pâle par rapport à celle de Persona 5, et les visuels sont réellement meilleurs. Le menu de l’interface utilisateur, animé en 3D, est particulièrement agréable à regarder.

Le gameplay en long et en large

Le gameplay est radicalement différent de celui des jeux Persona traditionnels. Bien que chaque section de l’histoire donne au joueur un petit temps pour s’en remettre, l’établissement de statistiques, les discussions avec les confidents et la participation à d’autres activités courantes dans Persona 3-5 ont complètement disparu.

En dehors des séquences de l’histoire et de la quête principale, l’exploration des villes donne au joueur l’accès à des magasins (dont beaucoup vendent des objets uniques qu’on ne trouve pas dans d’autres villes) et à peu d’autres choses. Le système de combinaison de Personae est également de retour, Joker pouvant toujours changer de Personae à la volée au cours d’une bataille.

Les plus grands changements, cependant, se trouvent dans le système de combat, qui est désormais basé sur l’action. Lorsqu’un joueur entre en contact avec un ennemi dans un donjon, une rencontre se déroule sur le terrain et une bataille commence dans une zone limitée.

Et ça fait Bim, Bam, Boum -_-

Nintendo

Passons à l’action

L’action est principalement conventionnelle, avec des attaques légères et lourdes et la possibilité de sauter et d’esquiver. Les quatre membres du groupe sont présents pendant les combats, et bien que le joueur n’ait le contrôle direct que sur un seul personnage à la fois, il peut passer à n’importe quel autre membre à tout moment.

En maintenant le bouton L1 enfoncé, le joueur peut utiliser ses attaques au pistolet, et en maintenant le bouton R1, le Persona est appelé, ce qui ouvre un menu de compétences pendant que le temps s’arrête pour pouvoir choisir la compétence désirée.

Le simple nombre d’ennemis dans certaines rencontres peut rendre difficile pour le joueur de suivre ce qui se passe, ce qui l’amène à être pris au dépourvu par des attaques puissantes qu’il n’a pas remarquées, ce qui rend impossible le recours aux attaques de mêlée dans de tels cas. Il devient alors beaucoup plus efficace de se contenter d’utiliser les compétences de Persona.

La fine équipe <3

Les combats de boss ont généralement moins d’ennemis, mais comme les boss ont beaucoup plus de santé, les attaques de mêlée sont à nouveau impossibles, et il est préférable de n’utiliser que les compétences pour les attaquer sur leurs faiblesses afin de déclencher des attaques spéciales de groupe.

De bons combats, redondant certes, mais exaltants !

Le résultat final est que le système d’action, avec ses attaques et compétences uniques pour les Personae, est pour la plupart redondant en pratique. Comme dans Persona 5, le joueur cherche surtout à éliminer unilatéralement les ennemis avec leurs faiblesses.

De plus, comme le jeu est en temps réel et non au tour par tour, le joueur peut le faire sans arrêt sans donner à l’ennemi le temps de se déplacer. La seule limite est le stock de PC (points de compétence) du joueur, mais P5S permet au joueur d’acheter des ingrédients pour créer des objets de guérison, y compris ceux qui restaurent les PC donc le joueur en aura presque toujours une réserve abondante.

Ann Takamaki *LOVE*

L’augmentation de la difficulté ne change rien ou enfin pas grand chose. Comme les ennemis sont incapables de se déplacer durant le choix d’une compétence, le seul changement notable dans les niveaux de difficulté supérieurs est l’augmentation des HP des ennemis, ce qui ne fait que rendre les batailles plus longues, par opposition à plus difficiles.

Fusion Yaaaaa !

La fusion de Personae est simplifiée, avec moins de Personae et de compétences disponibles, et la possibilité de choisir simplement le Personae que vous voulez combiner.

Joker & Arsene !

En outre, les Personae gagnent des niveaux principalement grâce à des points Persona (PP), de nombreux Personae finaux nécessitent une quantité exorbitante de PP. L’ajout d’une deuxième monnaie rend également le processus de farm plus fastidieux. Car cela signifie qu’un joueur finit par farmer de l’argent, puis utilise cet argent pour acheter et vendre des Personae encore et encore afin d’obtenir les PP nécessaires à la confection de Personae plus puissants.

Ces mêmes personae qui vous seront d’une aide considérable si vous voulez vous tNintendo entez au New Game Plus (oui, il y en a un !).

En conclusion

Persona 5 Strikers est un titre ambitieux, mais on ne peut s’empêcher d’avoir le sentiment qu’il essaie d’en faire trop. Le RPG et les éléments d’action sont à l’image d’un mûso. Mais aussi, aux allures d’RPG d’action expérimental, ce qui en fait un jeu difficile ou plus simple à aborder selon la façon dont on s’approprie la richesse des mécaniques proposées. L’histoire et les personnages viennent parfaire une suite incroyable à Persona 5, et la présentation visuelle est comme toujours d’une qualité exemplaire.

Persona 5 Strikers sortira le 23 février 2021 sur Switch, PS4 et PC.

Pour en savoir plus sur le jeu, vous pouvez aussi suivre ce lien !
N’hésitez pas à réagir à nos articles sur le Twitter 🐤 de JRPGFR avec le hashtag #JRPGFRpourTous  💋 !

Soutenez JrpgFR sur Tipeee

Persona 5 Strikers
  • 10/10
    Graphismes - 10/10
  • 8/10
    Scénario - 8/10
  • 10/10
    Musiques - 10/10
  • 8/10
    Gameplay - 8/10
9/10

Avis de la rédaction

PLUS

  • La direction artistique magnifique et remaniée !
  • Des combats captivants avec de l’infiltration!
  • Le farming plus simple que dans la licence originale !
  • Tout en FR et la traduction est loin d’être mauvaise !
  • L’utilisation des Personae en combat est juste terriblement bien gérée !
  • Une suite mémorable par ses nouveaux lieux à visiter et ses nouveaux personnages !

MOINS

  • Redondant dans les combats mais bon ça reste un jeu sur une base Mûso …
  • Système de fusion de Personae modifié poussant au farm excessif … (moi perso j’adore le farm, donc c’est à  voir avec vos habitudes de jeu)

Kuro Azeus

administrator
Enthousiaste du JRPG depuis 2010, j'ai dans l'espoir de voir un jour ce genre trop peu reconnu traverser nos frontières.