Nous connaissons tous le genre de RPG que nous propose Compile Heart. Des J-RPG fan service qui ne brillent pas toujours par leur scénario, mais qui restent, tout de même, assez originaux pour que l'on si attarde un tant soit peu ! Nous allons découvrir Seven Pirates H, un portage PS Vita d'un jeu sorti en 2016 exclusivement au Japon. C'est donc, ici, une belle surprise du développeur de nous proposer une version européenne pour ce jeu de niche. Mais qu'en est-il de sa qualité, nous allons voir cela ensemble dans ce test.

Seven Pirates H, ça commence chaudement ...

L'histoire débute avec Parute Kairi, une jeune femme élue pour devenir une pirate légendaire. Durant son voyage, elle se perdra en mer et son navire sera totalement détruit. Elle rencontre, alors, Otton un monstre pervers qui lui promet de l'aider à trouver des trésors dans la mer de Monsupi. Otton lui confie qu'elle est bien trop faible et que pour pouvoir tenir tête aux Monstres Filles (des monstres

un peu louches, m'voyez
0
Que pensez-vous des jeux un peu trop fan service ?x
), elle devra subir un entraînement particulier… Je ne vais pas y aller par quatre chemins, vous devrez peloter les seins de vos héroïnes pour qu'elles gagnent en puissance. Parute, déterminée à forger sa légende, hisse les voiles avec une boussole magique offerte par Otton.

Seven Pirate H

Elle se constituera une équipe de Monstres filles pour l'aider à travers son voyage. Mais ce qui démarrait comme une aventure "merveilleuse" à travers des îles inexplorées révèle petit à petit un secret bien plus sinistre. Incluant des rencontres avec des pirates rivaux et des voisins dans le besoin, Parute et son équipage découvriront des vérités perturbantes à propos du roi qui gouverne ces mers, ce qui pourrait bien les mener tout droit vers une confrontation susceptible d'anéantir ses rêves !

Comme vous l'aurez compris, nous sommes sur un jeu pour adulte (enfin adulte, je dirais plutôt jeune adolescent en mal d'amour). Pour être tout à fait honnête, ce test de Seven Pirates H a quelque chose de légendaire, puisque c'est l'article qui m'a poussé à restreindre ma première page du site à un certain âge (comme vous avez sans doute pu le constater).

Seven Pirate H

L'humour et les dialogues sont assez réussis, même si parfois, l'humour tourne autour du côté pervers des situations comme dans un animé Ecchi (animé avec des scènes et des situations suggestives). Le scénario est léger, il se laisse suivre et est appréciable à son niveau, mais ne vous attendez pas à des Cliff Anger de malade… Car il n'y en a absolument pas. Ce genre de soft ne s'achète pas vraiment pour le scénario.

Comment ça se joue

Le gameplay est assez chouette dans l'ensemble. Nous retrouvons la plupart des codes du RPG au tour par tour japonais. Mais à la différence des autres jeux du genre, vous n'avez pas de niveau. Je ne sais pas trop comment aborder le sujet, mais votre progression se fera grâce à une fonctionnalité qui peut paraître un peu… Étrange ! L'amélioration de statistiques de chacun de vos personnages se fait en "touchant" vos héroïnes, ou plutôt la poitrine de vos héroïnes. Les mouvements utilisés pendant l'acte définiront la statistique à augmenter (par exemple : faire tourner les pads analogiques dans le sens contraire l'un de l'autre, augmentera la statistique HP de votre personnage … ). Jouer avec vos Monstres Filles, vous permettra aussi de débloquer de nouvelles compétences assignables. Celles-ci seront, bien entendu, de plus en plus puissantes avec le temps.

C'est un peu bizarre au début, mais c'est un élément essentiel du jeu si vous voulez optimiser votre équipe en faisant progresser les statistiques de vos personnages. Chacun de ceux-ci ayant un rôle différent, ils n'auront pas tous les mêmes statistiques et donc, pas la même poitrine non plus. Il faut savoir que ces "entraînements du buste" changent aussi la poitrine de vos Monstres Filles et cela se voit à l'écran.

Seven Pirates H

L'exploration est assez simpliste, vous parcourez la mer à la recherche de trésors. Sur la carte, vous apercevrez toutes sortes de points d'intérêts. Certains sont des quêtes secondaires, d'autres des quêtes principales, de petites îles non visitables qui vous donneront des objets, mais aussi de simples dialogues faisant avancer l'histoire en nous donnant des indications sur les différents personnages. Le but étant de réussir la quête principale de la zone pour voir disparaître les nuages qui vous bloquent le chemin et continuer votre exploration.

Certaines îles sont visitables. C'est dans celles-ci que vous allez passer le plus de temps durant vos sessions de grind. Ce sont de très petites zones appelées "donjons" qui vous serviront à récupérer du fluide de massage pour vos héroïnes (liquide nécessaire à leur montée en puissance), et bien entendu, des objets qui vous permettront à terme de confectionner de nouveaux sous-vêtements faisant office d'équipement.

Les îles visitables ne sont pas très grandes, on en a vite fait le tour, les coffres sont visibles à des kilomètres. Le jeu ne nous incite pas à continuer notre exploration au-delà de la recherche d'éléments qui compléteront vos quêtes secondaires.

Une autre partie intéressante du gameplay est le système de Booby Kin. Ce sont de petites bestioles qui vous donneront accès à toute une série de fonctionnalités allant de la fabrication d'objets à la découverte de monstres plus rares.

La partie combat reste ce qu'il y a de plus jouissif dans le jeu. C'est un système de combat au tour par tour classique avec utilisation de compétences. Ces mêmes compétences nécessitent des MP (points de magie) qui se gagnent au fur et à mesure des actions de chacun de vos personnages. De base, vos MP commencent à 50, et si vous les remplissez jusque 200, votre personnage entre en "Excitation".

Celui-ci s'immunise, par ce fait, contre les altérations d’état et devient plus fort, vous permettant ainsi d'utiliser son attaque ultime. Cette aura persistera durant plusieurs tours, du moins, tant que les MP de votre personnage ne tombent pas à zéro.

Une ligne du temps vous permet de voir dans quel ordre les différents personnages, amis ou ennemis, agiront. C'est une simple fonctionnalité, mais cela nous permet de comprendre que même la statistique de vitesse compte durant les combats.

Seven Pirates H
Kawaiii <3

La fonctionnalité la plus exagérée dans tout cela, c'est la compétence ultime d'Otton que je vous laisse découvrir par vous même (... lol). Il vous faudra remplir son excitation au maximum. Vous y arriverez par l'intermédiaire d'une compétence utilisée par l'une de vos héroïnes qui lancera un écran sur lequel vous pourrez "toucher" de manière très rapide le personnage en question. La puissance de cette attaque est telle, qu'elle vous permettra de venir à bout de n'importe quel ennemi. Alors, n'en abusez pas au risque de voir la courbe de difficulté chuter immédiatement.

Je vous ai mis la plus soft ...

Vous l'aurez compris, le gameplay est ce qu'il y a de plus réussi dans ce jeu. N'ayant pas joué au jeu original sur PS Vita, je suis incapable de vous dire s'il y a des différences par rapport à son prédécesseur. Tout ce que je peux dire, c'est que je ne me suis que très rarement ennuyé pendant mes sessions de jeu et c'est un très bon point. La difficulté reste correcte, même si il arrive très rarement que vous ne soyez confrontés à un Game Over.

Visuellement, c’est limite

Étant sur un portage d'une version PS Vita, nous pouvons nous rendre compte du retard technique du soft. Beaucoup d'aliasing, des textures approximatives et plates ainsi que peu d'éléments affichés à l'écran. Heureusement, il faut le dire, la direction artistique des personnages relève un peu le niveau, car nous sommes à la limite de l'acceptable même pour un jeu Nintendo Switch. Les zones sont très petites, donc, les chargements sont assez rapides et l'exploration se fait de petites parcelles en petites parcelles. La direction artistique des monstres est vraiment sympa, bien que parfois, certains monstres ressemblent à des organes reproducteurs. Ce qui pourrait, sans doute, choquer les plus fragiles d'entre nous.

Ok, c'est une t*** ...

De plus, le flou, ici et là, vient gommer les imperfections de la version PS Vita et amoindrir le choc des générations. C'est très rare quand je dis cela, mais ce floutage dans cet environnement tropical donne une impression de chaleur qui n'est pas pour me déplaire. Je n'ai noté aucun ralentissement ni aucun clipping durant ma session de jeu et c'est une bonne chose. Le découpage en petites zones nous offre une fluidité rarement atteinte sur Nintendo Switch. Les séances animées avec les personnages féminins durant les mini-jeux sont, de loin, les animations les mieux réussies du jeu.

Pour conclure

Seven Pirates H est un petit jeu sympathique qui trouvera sans doute son public. C'est un jeu de niche qui reprend correctement les codes du genre et les adapte au mieux pour coller au scénario. C'est un jeu qui se déguste comme une petite friandise après le repas (pas très copieusement, mais fortement sucrée). Il convient pour de petites parties ponctuelles à l'image d'un RPG mobile. Et surtout, ne me jugez pas, car c'est l'un de mes petits plaisirs coupables en fin de soirée !

Seven Pirates H sortira sur Nintendo Switch le 12 mai 2022. Nous remercions Eastasiasoft de nous avoir fourni une copie du jeu.

Pour en savoir plus sur ce jeu ou cette licence, vous pouvez aussi suivre ce lien !

Réagissez à nos articles sur Twitter avec le hashtag #jrpgfr !

Réagissez à nos articles sur notre page Facebook !

Si tu veux rejoindre l'équipe de rédaction, postule ici !

Seven Pirates H
7.3

L'été sera chaud !

  • La direction artistique des personnages
  • Le gameplay complet et addictif
  • Le grand nombre de fonctionnalités
  • Des musiques entrainantes
  • Contenu honnête pour le prix
  • Du gros fan service
  • Graphiquement dépassé
  • Pas de localisation française
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Kuro Azeus

administrator
Enthousiaste du JRPG depuis 2010, j'ai dans l'espoir de voir un jour ce genre trop peu reconnu traverser nos frontières.