La série SaGa n'est pas très connue dans nos contrées et pourtant nous avons eu droit à bon nombre d'épisodes comme SaGa Frontier 2 sur PlayStation et quelques itérations arrivées sur nos consoles actuelles (SaGa Frontier Remastered, Romancing SaGa 2 et 3 par exemple). Bref, Square Enix ressort de ses tiroirs Romancing SaGa -Minstrel Song- sorti à l'époque en 2005 en Amérique et au Japon qui était aussi un remake d'une édition Super Famicom de 1992. Cette édition Remastered est-elle de bonne facture ? Est-il un bon jeu !? C'est ce que nous allons voir par-delà ce test.

Avant toute chose, il est important de noter que Romancing SaGa -Minstrel Song- Remastered n'est pas un J-RPG comme les autres de par sa non-linéarité et de son histoire.

L'histoire de Romancing SaGa - Minstrel Song - ou la totale liberté

L'histoire de Romancing SaGa -Minstrel Song- pourrait tenir sur un post-it "Sauver le monde de Mardias de la renaissance de Saruin (Dieu de la Destruction)". Le cœur du jeu ne se trouve donc clairement pas où le joueur à l'habitude de s'attendre comme une certaine linéarité dans la progression.

Avant de commencer votre aventure, vous allez devoir faire un choix entre huit personnages : Albert, Gray, Aisha, Barbara, Jamil, Claudia, Sif et Hawke. Chacun a son point de départ mais tendra vers la même fin. Il faut noter que chaque début d'aventure n'est présent que pour contextualiser l'histoire du personnage et mettre en place la destinée de chacun : sauver le monde. Certains de nos aventuriers pourront se rencontrer et s'entraider afin de parvenir à leur fin.

Pour ce test, nous avons pris l'un des personnages les plus simples à appréhender : Albert, qui se retrouve à fuir de son château car ce dernier est attaqué par les sbires de Saruin alors que les habitants fêtent actuellement les récentes fiançailles de Diana (sa sœur), et du prince Neidhart. Ce dernier va se retrouver à parcourir le monde afin d'accomplir sa destinée. Si nous avons pris le parti de prendre Albert comme point d'entrée, c'est parce que son prologue est assez long et qu'il permet d'appréhender au mieux un titre comme Romancing SaGa -Minstrel Song-.

Après cette mise en bouche, on se retrouve donc catapulté dans un monde totalement inconnu avec pour seul objectif d'occire Saruin. La tâche ne sera pas aisée et c'est à partir de là que le mot liberté prend tout son sens. Avec notre cher Albert, nous ne savons ni quoi faire, ni où aller et c'est, malheureusement, à partir de là qu'un joueur lambda pourrait s'arrêter. En effet, il est possible de nous rendre dans n'importe quels endroits du monde, découvrir différents récits grâce à notre ami le Minstrel en allant au bar et obtenir des quêtes en écoutant ce que les villageois ont à nous dire. Bref, la réelle aventure commence et c'est à vous de choisir ce que vous faites et si vous avez à cœur de bien tenir votre manette, vous y découvrirez un gameplay riche mais difficile d'appréhension.

Une réalisation propre pour l'époque

Il faut bien se dire que nous avons ici droit à un Remastered, il ne faut donc pas s'attendre à monts et merveilles mais le jeu est agréable à l'œil. Le travail au niveau visuel reste propre, même s'il se limite à un lissage du jeu. On est sur de la 3D datant de la PlayStation 2 mais cette dernière est plutôt de bonne facture et nous n'avons eu droit à aucunes saccades lors de nos différentes sessions de jeux (pas comme un certain Chrono Cross).

Par contre le jeu garde certains de ses soucis de l'époque comme une caméra vomitive au possible surtout si vous avez l'intention de jouer avec vitesse rapide. Les cinématiques ne semblent pas avoir été retouchées et c'est par contre bien dommage.

Le jeu n'a aussi pas été traduit, ce qui est dommageable mais pas rédhibitoire comme l'histoire reste anecdotique et que le fond du titre se trouve dans son gameplay. Pour le design des personnages de Tomomi Kobayashi, c'est soit on aime soit on n'aime pas. Pour ma part, j'adore ! Du côté graphique, les décors sont aussi vivants et les personnages, bien que leurs design puissent en rebuter plus d'un, ont leur charme.

Par contre, le travail de Kenji Ito et Tsuyoshi Sekito reste parfait en termes de musique. Celles de combats sont entraînantes et je n'ai trouvé aucune mélodie insipide.

Un gameplay compliqué mais tellement complet

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut évoquer l'un des systèmes les plus importants du jeu, le BR (Battle Rank) et l'ER (Event Rank). Ces derniers vont régir votre progression tout au long de votre aventure que ce soit en termes de difficulté au niveau des combats ou des quêtes disponibles. La prise en compte de ces deux points peut paraître assez nébuleuse, car cela pousse le joueur à ne pas combattre tous les monstres afin d'éviter de monter ses rangs beaucoup trop vite, de gérer au mieux ses quêtes afin de ne pas en faire disparaître d'autres. Il est donc quasiment impossible de finir le jeu entièrement sans avoir une soluce à ses côtés, mais cela apporte beaucoup au jeu en termes de rejouabilité.

Pour faire simple, l'ER peut être vu comme une horloge. Plus elle est élevée, plus des événements commencent, tandis que les plus anciens se terminent. Cela peut affecter beaucoup de choses, comme les personnages que vous pouvez recruter et leur localisation dans le monde, les quêtes disponibles et ainsi de suite. Et selon le personnage principal que vous choisissez, votre ER de départ sera soit à 1 ou 0.

Le BR est ce qui détermine le type de monstres que vous allez affronter. Plus le BR (Battle Rank) est élevé, plus les monstres que vous affronterez seront des plus forts. Cependant, contrairement à l'ER, le BR se développe plus lentement et il y a moins de rangs à franchir.

Vous êtes donc dans un monde vivant au gré des heures que vous passerez à combattre des monstres et sauver la veuve et l'orphelin. Pour accéder à des quêtes, il va falloir parler à chaque PNJ du jeu, noter ce qu'ils disent car certains pourraient vous donner une information provenant d'un autre village.

Pour votre épopée, vous ne serez bien sûr pas seul. Vous êtes aussi totalement libre de choisir les personnages que vous souhaitez enrôler. Il faudra alors aller à leur rencontre dans des bars ou lors de certaines quêtes. Certains ont une histoire tandis que d'autres seront génériques, à vous de faire votre choix.

Pour ce qui est des combats, pas de niveau et d'expérience. Tout se fait de manière aléatoire en fonction des attaques que vous avez utilisées et de certains facteurs comme le fait de se défendre ou de prendre plus de coups que d'autres. Chaque statistique augmente de 1 point à la fois (à l'exception des PV). Afin de faire évoluer votre personnage plus vite, il est donc important de combattre des monstres plus difficiles. Cela vous donnera la possibilité d'augmenter vos différentes caractéristiques.

Si vous connaissez déjà la franchise, les Arts des armes appelées "tech" s'apprennent en utilisant l'arme que vous avez équipée. À noter que tout le monde peut équiper ce qu'il souhaite. Vous pouvez parfaitement utiliser une épée sur un magicien. Plus vous utilisez l'arme que vous avez, plus vous apprendrez de nouvelles techniques. Ces techniques sont divisées en trois types, les Charge (technique déclenchant des Surge / Reverse Surge), les Ranged (les attaques à l'Arc par exemple) et les Grapple (quand le personnage saisit l'ennemi). Le système de Surge /Reverse Surge vous permettront d'effectuer des attaques combinées afin de faire plus de dégâts. Pour la magie, il suffira d'aller acheter ces dernières aux marchands mais il faudra bien sûr associer une classe à votre personnage afin qu'il puisse utiliser ces dernières.

Romancing SaGa -Minstrel Song- a donc droit aussi à un système de classe dans lequel plus votre niveau sera élevé, moins vous aurez à utiliser de PA pour vos "tech" et magie. Ces derniers doivent être payés en jewels qui est la deuxième monnaie du jeu vous permettant d'augmenter votre rang.

Un autre point notable est l'une des caractéristiques propres à la série, les LP (Life Point). Si un de vos personnages meurt pendant un combat, il perd un LP. Vous pouvez lui redonner de la vie tant que son nombre ne tombe pas à 0. Il reste aussi les armes qui peuvent être brisées, il faudra alors les réparer.

Il nous reste alors à évoquer les aptitudes de terrain qui vous permettront de faire apparaître des coffres, sauter ou vous rendre invisible aux yeux des ennemis. Ce système est bien pensé, mais si vous n'avez plus de points d'aptitude et que vous avez besoin de grimper une montagne, ce seront vos LP qui descendront.

Romancing SaGa -Minstrel Song- est donc un titre assez complet en termes de gameplay, mais il est difficile à appréhender si nous le prenons comme un J-RPG quelconque. Il faudra parcourir le jeu plusieurs fois afin d'en apprendre plus sur le lore du monde, mais aussi pour débloquer les trois fins différentes et surtout effectuer toutes les quêtes.

Conclusion d'une aventure où le joueur doit parcourir le monde

Avant de conclure, il faut aussi noter que ce Remastered a droit à quelques ajouts comme du contenu :

  • De nouveaux héros
  • Des nouveaux boss
  • Un New Game +
  • Une mini-carte
  • La possibilité d'accélérer le jeu
  • La possibilité de faire en sorte que l'ER monte moins vite ou plus vite
  • La sauvegarde automatique

En définitive, que pouvons-nous dire sur ce Romancing SaGa -Minstrel Song- ? Il s'agit d'un bon, voire très bon J-RPG pour le peu qu'on veuille y rentrer. Il en rebutera plus d'un, trop habitué à des RPG linéaire où nous savons ce que nous devons faire au cours de notre aventure. Pour ma part, j'ai apprécié mon épopée au côté du jeune Albert, même si j'ai eu comme beaucoup de phases de dégoûts à cause du côté aléatoire, mais aussi de joie lors d'une attaque combinée faisant des dégâts astronomiques. Romancing SaGa -Minstrel Song- est donc un jeu, comme tous ses prédécesseurs, difficile à appréhender, mais tellement riche. Il est tout de même une très bonne porte d'entrée pour ceux souhaitant s'essayer à la série SaGa à moindre coût et pas en 2D.

Romancing SaGa -Minstrel Song- Remastered est disponible sur PS5, PS4, Switch, PC via Steam, iOS et Android.

Pour en savoir plus sur ce jeu ou cette licence, vous pouvez aussi suivre ce lien !

Réagissez à nos articles sur Twitter avec le hashtag #jrpgfr !

Réagissez à nos articles sur notre page Facebook !

Si tu veux rejoindre l'équipe de rédaction, postule ici !

Romancing SaGa : Minstrel Song Remastered
7

Je suis libre !

  • Le gameplay
  • Sa rejouabilité
  • Sa liberté
  • Sa difficulté d'appréhension
  • La caméra
  • Pas de traduction
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Sadness

subscriber
Fan d'Animation japonaise depuis le Club Dorothée et grand amoureux de JRPG (Shadow Hearts / Lost Odyssey / Les Kiseki)