Test de Final Fantasy VII Rebirth - Une épopée qui jamais ne se fane !

Accueil / Test de Final Fantasy VII Rebirth - Une épopée qui jamais ne se fane !
Partagez l'amour du jrpg

Final Fantasy VII Rebirth, développé par la Creative Business Unit I et édité par Square Enix, est la suite tant attendue de Final Fantasy VII Remake de 2020. Annoncé en juin 2022 lors d’une présentation pour le 25e anniversaire de Final Fantasy VII, ce jeu est la deuxième partie d’une trilogie de remake du jeu original de 1997. Le public a eu un aperçu du gameplay lors du Summer Game Fest 2023, avec une sortie prévue pour début 2024. En septembre 2023, la date de sortie a été fixée au 29 février 2024. Les fans ont eu l’occasion de jouer à une version du jeu lors de la Paris Game Week en novembre 2023. L’équipe de développement comprend des noms bien connus tels que Naoki Hamaguchi, Motomu Toriyama, Tetsuya Nomura, Yoshinori Kitase et les compositeurs Nobuo Uematsu, Masashi Hamauzu, Mitsuto Suzuki, et Shotaro Shima. Et si l'envie vous en vient, vous pouvez vous atteler à la version d'essai qui est disponible actuellement sur le PlayStation Store.

Avant-propos

Il existe des œuvres qui nous laissent un sentiment de déjà-vu, tandis que d'autres parviennent à nous émouvoir. Final Fantasy VII Rebirth, quant à lui, ne laisse aucune place au doute. Pour ma part, sans trop en dévoiler sur mes émotions à la fin du jeu, cette nouvelle itération de la réinvention de Final Fantasy VII m'a vraiment poussé à remettre en question la crédibilité des œuvres qui l'ont précédée et celles à venir. Quel goût pourra bien avoir un nouveau jeu après l'expérience que je viens tout juste de vivre ? Je pense même prendre une pause pour me recentrer et adopter un regard beaucoup plus professionnel sur les futurs jeux qui me seront confiés. Final Fantasy VII Rebirth n'est pas simplement un jeu, c'est une œuvre si juste et profonde que le reste de votre bibliothèque de jeux semblera être une simple gorgée de grenadine.

De Kalm à la Cité des Anciens, une aventure riche d'émotions dans Final Fantasy VII Rebirth

Si vous avez eu l’occasion d’explorer la démo, vous remarquerez que les prémices de l’histoire sont étonnamment familières. Votre quête s’initie par un retour en arrière, cinq ans avant les péripéties qui ont conclu le premier volet. Nous accompagnons Cloud dans son village d’origine, alors qu’il se prépare pour une mission imminente. Le jour suivant, sous la houlette de Tifa, Cloud, Séphiroth et les soldats de la Shinra prennent la direction du réacteur Mako désaffecté du renommé Mont Nibel. Ce dernier, un site classé secret, est désormais sous l’égide de la division scientifique de la Shinra.

À l’intérieur, Séphiroth tombe sur le laboratoire du Professeur Hôjô et ses expérimentations sur les humains. Il découvre aussi que Jénova est sa génitrice. Cette dernière est un organisme extraterrestre dont les cellules furent extraites d'une comète tombée sur la planète il y a 2000 ans. Réalisant sa nature non humaine, Séphiroth décide de se diriger vers le Manoir de la Shinra pour approfondir ses investigations.

Final Fantasy VII Rebirth, test, critique, avis

Cloud se rend ensuite à sa rencontre et le découvre plongé dans ses recherches, apparemment inébranlable. En quittant le Manoir, Cloud est témoin de son village en proie aux flammes. Malgré les supplications de sa mère, Claudia, pour qu’il survive, elle succombe dans l’incendie de leur demeure familiale.

Cinq ans plus tard, nous nous retrouvons dans le village de Kalm. Les événements de Nibelheim semblent toujours être un sujet sensible pour Cloud et Tifa. Cloud accompagne Aerith pour une balade lorsqu’ils constatent que le village est sur le point d’être assiégé par la Shinra. Tifa, Barret, Cloud, Nanaki et Aerith décident alors de s'enfuir du village avec l’aide de Broden, le propriétaire de l’auberge…

Une véritable claque scénaristique

Il est extrêmement difficile de distinguer des segments précis de l’intrigue de Final Fantasy VII Rebirth, étant donné les multiples ramifications entre les personnages, le passé et le présent. Chaque personnage qui vous accompagne est dépeint de manière équitable et a droit à ses instants de gloire. Tifa, avec sa tendresse qu’elle tente de cacher derrière sa façade robuste, Aerith et sa bienveillance légendaire ainsi que ses sentiments pour le héros, Barret avec ses moments d’exaltation entrecoupés de flashbacks touchants illustrant sa relation avec sa fille, et même Cloud à travers son état psychologique affecté par son exposition prolongée à la Mako.

Final Fantasy VII Rebirth, test, critique, avis

Je n’ai pas ressenti de déception particulière envers l’un des personnages, sauf peut-être pour Cait Sith, dont je trouve que le passé n’est pas suffisamment développé. Néanmoins, il compense cela par les aventures que vous traversez pendant le jeu. Le travail effectué sur la distribution des personnages est un véritable triomphe, et je ne mâche pas mes mots. Aucun dialogue ne semble superflu, tout est logique du début à la fin et gagne en substance à chaque scène.

Les scénaristes ont mis en place des activités qui vous permettent d'en apprendre plus sur les compagnons de Barret à travers un mini-jeu des zones ouvertes que nous aborderons plus tard dans ce test. Ces cinématiques sont réellement bienvenues, bien qu'optionnelles, pour vous immerger un peu plus dans l'univers et dans l'émotion des prémices de l'histoire.

Final Fantasy VII Rebirth, test, critique, avis

À aucun moment je ne me suis interrogé sur la pertinence d’une scène ou d’un dialogue. J’ai dégusté chaque instant que le jeu avait à offrir à travers son récit. J’aime à penser que c’est l’œuvre la plus magnifique que j’ai eu l’occasion d’essayer jusqu’à présent. Je regrette qu’elle soit terminée, je ne ressens aucune satisfaction en lisant les crédits de ce Final Fantasy VII Rebirth, à tel point que j’ai repris ma dernière sauvegarde pour le finir à 100%… C'est dire !

C’est l’une des rares épopées que j’ai eu le privilège de vivre sans ressentir de problèmes de rythme ou de longueurs dans le récit. Les moments de répit offerts par les zones ouvertes sont particulièrement appréciables après des heures d’émotions fortes. Heureusement, l’aventure n’est pas uniquement ponctuée de moments émotionnellement éprouvants. Il y a également des chapitres plus légers, des festivités, des activités, des mini-jeux et des instants de rire. Par exemple, la station balnéaire de la Costa Del Sol ou les moments passés au Gold Saucer (du moins lors de la première visite) sont imprégnés de légèreté et d’humour débordant.

Final Fantasy VII Rebirth, test, critique, avis

En vérité, à travers le récit de Final Fantasy VII Rebirth, j’ai fait l’expérience d’une exploration profonde d’un groupe d’amis unis par des objectifs communs, mais chacun avec sa propre philosophie, son propre bagage émotionnel. Cette équipe aux nuances si diverses était intimement liée par leur aspirations communes à sauver la planète. L’amour, l’amitié, la colère, la haine et la tristesse vous feront osciller entre le rire et les larmes, la passion et le désespoir. Croyez-moi, rien que pour son histoire et ce que cette réinterprétation apporte en termes de mise en scène, d’orchestration musicale, de relations entre les personnages et bien d'autres aspects encore, vous aurez amplement de quoi vous plonger entièrement dans cet univers, et ce, pour très longtemps…

Un monde effervescent de générosité

Après avoir exploré l’histoire et sa qualité exceptionnelle, nous nous penchons sur le deuxième aspect majeur du jeu : son écosystème de gameplays entrelacés. Sachez que cette partie du test sera probablement la plus difficile à rédiger pour moi, tant le jeu offre une multitude de mécaniques. Je m’efforcerai d’être cohérent et clair en utilisant un ordre chronologique des activités et leurs liens avec d’autres.

Final Fantasy VII Rebirth introduit une pléthore d’innovations, y compris des quêtes de mercenariat. Ces quêtes ne se contentent pas d’offrir des récompenses, elles renforcent également le niveau de relation entre Cloud et les personnages mis en avant pour la quête. Elles vous donnent également accès à de nouvelles villes à explorer, de nouveaux moyen de transport... Les histoires secondaires font leur grand retour, vous permettant d’approfondir votre connaissance des régions que vous visitez et des personnages avec lesquels vous interagissez. Un clin d’œil spécial à Johnny pour son acquisition malencontreuse d’un hôtel à la Costa Del Sol qui offre des scènes extrêmement amusantes.

Final Fantasy VII Rebirth, test, critique, avis

L’exploration est au cœur du jeu. Chaque région peut initialement être parcourue à pied, puis à dos de Chocobo. Pour obtenir un Chocobo, vous devrez d’abord localiser la zone où ces grandes créatures résident en participant à un mini-jeu de capture, et ce pour toutes les régions du jeu. Chaque zone a son propre type de Chocobo, allant de ceux qui planent à ceux qui escaladent des montagnes. Leur couleur change en fonction des régions, et chaque région présente une architecture unique, encourageant à utiliser les capacités du Chocobo pour l’explorer en profondeur. De plus, il vous sera possible de les habiller d'armures en vous rendant au Ranch de chaque région.

Final Fantasy VII Rebirth, test, critique, avis

Notre jeune Chadley possède un rôle plus central dans Final Fantasy VII Rebirth, en vous guidant lors de vos explorations. Grâce à lui, vous aurez la possibilité de créer de nouvelles Matérias moyennant des points d'exploration en parcourant le monde, ainsi que de participer à des combats d’entraînement dans son simulateur. En effet, c’est par le biais d’un système de rapports d’exploration que s’articuleront les zones ouvertes. Ces rapports se présenteront sous forme de missions, d’études de divers lieux, d’affrontements… L’objectif étant de découvrir un maximum d’éléments sur chaque région, et vous retrouverez tout ce que vous avez débloqué à travers le menu de Chadley.

Examinons l’exploration en détail. Final Fantasy VII Rebirth présente un système de régions. Que ce soit à travers les vastes prairies près de Kalm ou les massifs rocheux de Nibelheim, toutes les zones offrent les mêmes points d’intérêt. Initialement, les Puits de Vie, des cristaux à localiser, débloquent des points environnants tels que des créatures puissantes connues sous le nom d’Ennemis Secrets. Les Tours de Contrôle, une fois activées, fournissent des informations supplémentaires sur la région à Chadley, qui vous propose alors des missions d’exploration supplémentaires. Les Sites d’Excavation, accessibles à dos de Chocobo, permettent de débloquer des puces de synthèse utiles à Chadley pour ses recherches sur les Protoreliques . Enfin, les Terrains de Chasse, où des combats particuliers avec des objectifs spécifiques sont menés, débouchent sur des affrontements supplémentaires dans le simulateur de combat apportant avec eux des récompenses diverses. Pour revenir sur les Protoreliques, des quêtes en plusieurs parties débloqueront des artéfacts similaires à des pièces d’armures dont je préfère faire l'impasse sur leur utilité afin de ne pas vous gacher la surprise. Chose importante, je vous conseille de les faire, car des mini-jeux tels que le Fort-Condor ne sont accessibles que si vous terminez l’une d’entre elles. Pour revenir sur les Protoreliques, elles sont débloquées par des quêtes qui se déroulent en plusieurs parties. Ces quêtes permettent d’obtenir des artéfacts qui sont similaires à des pièces d’armures. Cependant, je préfère ne pas entrer dans les détails de leur utilité. Mon intention est de ne pas gâcher la surprise que vous pourriez avoir en découvrant leur fonction par vous-même dans le jeu.

Final Fantasy VII Rebirth, test, critique, avis

Nous abordons maintenant les Espers, ces invocations légendaires de l’univers de Final Fantasy qui font leur grand retour dans Final Fantasy VII Rebirth. Ils sont également intégrés à l’exploration. Chaque nouvelle Région débloque une nouvelle invocation. Cependant, il est nécessaire de visiter des Autels d’Espers dispersés dans les régions ouvertes. Chaque Autel découvert permet de réduire la puissance de l’Esper à affronter dans le simulateur de combat, mais de renforcer sa Matéria d'invocation. Une fois vaincu, Chadley vous récompense en vous offrant cette dernière.

Une facette plus légère de l’exploration réside dans la découverte des Maisons Mogs. Ces gros champignons abritent les petites créatures bien connues de la licence. À l’intérieur, vous devrez terminer un mini-jeu de capture de Mogs pour débloquer la boutique. C’est dans cet établissement que vous pourrez acquérir des objets spéciaux et plutôt rares en échange des Médailles Mogs que vous pourrez trouver un peu partout dans le monde du jeu (mais surtout sur les tours de contrôle !).

Outre les Chocobos, d’autres moyens de déplacement se dévoileront au gré de vos découvertes. Par exemple, vous aurez l’opportunité d’utiliser un Buggy dans la région de Corel, et même de naviguer sur les mers du jeu avec le Tiny Bronco en mode hydravion. De plus, si le scénario le permet, vous pourrez vous déplacer rapidement d’un point à un autre de la région ou du monde grâce à des points de déplacement rapides.

Final Fantasy VII Rebirth offre un écosystème entier à explorer, un monde regorgeant de secrets plaisants à découvrir. Il vous faudra de nombreuses heures pour en faire le tour. De plus, comme les Chocobos ne sont pas disponibles immédiatement dans chaque nouvelle zone, vous découvrirez progressivement les possibilités offertes par ces régions, rendant l’exploration extrêmement addictive. L’ennui ne se fait jamais sentir, et si vous vous laissez emporter, vous pourriez même oublier de reprendre le fil de l’histoire principale.

Un tout nouveau système de progression

Dans Final Fantasy VII Rebirth, les relations entre les personnages jouent un rôle primordial. En effet, le développement des personnages s’effectue à travers ces interactions. L’innovation de cet opus réside dans l’introduction du Codex. Ce dernier se manifeste sous la forme d’un arbre de compétences qui dépend de deux facteurs. D’une part, les niveaux acquis par les personnages vous permettront de gagner des PA (Points d’Aptitude) pour débloquer les nœuds du Codex. D’autre part, il sera nécessaire de participer à de petites conversations ou quêtes avec les autres personnages, ou encore d’effectuer des actions en combat pour augmenter votre niveau d’équipe. Cela permettra d’étendre le Codex et de rendre davantage d’aptitudes disponibles.

Final Fantasy VII Rebirth, test, critique, avis

En ce qui concerne les armes, chacune d’entre elles possède une compétence. Si vous les utilisez fréquemment, leur taux de maîtrise augmentera. Une fois ce taux à son maximum, la compétence deviendra indépendante et vous pourrez l’utiliser avec n’importe quelle autre arme. Les armes ont également un niveau, qui permet de débloquer des aptitudes spécifiques à chaque arme. Contrairement aux compétences, ces aptitudes sont liées à l’arme elle-même, et non au personnage.

Dans Final Fantasy VII Rebirth, comme dans le précédent opus, vous aurez accès à une variété de Matérias. Ces gemmes magiques gagnent en puissance à mesure que vous les utilisez. Elles montent de rang et dévoilent de nouvelles capacités au fil de leur progression.

Les accessoiresarmes et protections possèdent des emplacements spécifiques dans lesquels vous pourrez insérer vos Matérias. Cela vous permettra de personnaliser vos personnages en fonction de votre style de jeu et des situations auxquelles vous serez confrontés.

Un ajout important est l’introduction d’un système de synthèse. Au cours de votre exploration, vous aurez la possibilité de collecter des objets qui vous permettront de fabriquer divers types de potions, d’accessoires, de protections… Plus vous utilisez le système de synthèse, plus votre niveau de synthèse augmente, ce qui vous donne accès à de nouvelles recettes.

J’ai également apprécié ce nouveau système de progression dans Final Fantasy VII Rebirth. Il offre une double opportunité : d’une part, il rend le jeu plus interactif en renforçant les liens entre les personnages, et d’autre part, il permet d’optimiser l’équipe avec soin. Cependant, il est essentiel de monter plusieurs personnages simultanément, car l’histoire vous obligera parfois à n’utiliser qu’un sous-ensemble d’entre eux. Rassurez-vous, les personnages qui ne sont pas actifs dans l'équipe, gagnent tout de même de l'expérience.

Les affrontements prennent une dimension plurielle

Tout comme dans Final Fantasy VII RemakeRebirth conserve la fonctionnalité ATB (Active Time Battle). Cette dernière se manifeste sous la forme d’une jauge d’action qui, une fois remplie, vous donne accès à vos TechniquesCompétencesObjetsTranscendance, et Compétences Synchronisées.

Les Compétences requièrent l’utilisation de PM (Points de Magie), tandis que les Compétences Synchronisées utilisent la Jauge de Synchronisation propre à cet opus. Cette jauge se remplit lorsque vous utilisez des Compétences classiques annotées avec des barres de synchronisation. Une fois activées, ces Compétences de Synchronisation déclenchent une animation impliquant les personnages liés, et elles ne peuvent pas être interrompues par l’ennemi, tout comme les compétences de Transcendance.

Final Fantasy VII Rebirth, test, critique, avis

Une autre nouveauté est l’Action Synchronisée. Ces actions ne consomment pas la jauge ATB, mais en réalité, elles la font se remplir si l’attaque est couronnée de succès. L’avantage est qu’elles sont liées à la garde et peuvent être utilisées immédiatement sans utiliser ni ATB, ni PM, mais elles dépendent des personnages que vous avez dans votre équipe.

La jauge de Choc est aussi toujours de la partie. Comme d’habitude, il faudra exploiter les faiblesses élémentaires de l’ennemi et remplir certaines conditions pour le faire entrer en état de Fragilité. Une fois dans cet état, la jauge de Choc se remplira bien plus vite. Dés qu'elle atteint 100%, vos dégâts seront multipliés et l’ennemi sera immobilisé. Ce que j’apprécie, c’est la possibilité d’utiliser des compétences qui augmentent le multiplicateur de dégâts ou la durée du Choc.

Final Fantasy VII Rebirth, test, critique, avis

Le système de combat de Final Fantasy VII Rebirth est sans conteste l’un des meilleurs. Les affinités élémentaires, les invocations légendaires et les conditions de fragilité sont autant d’éléments qui rendent chaque combat exaltant et dépaysant. Chaque affrontement semble unique, sans parler des combats de boss, toujours aussi impressionnants. Il faut le reconnaître, l’équipe de Nomura sait comment vous faire ressentir l’impact des coups, et la gestion des compétences en mode ralenti est toujours aussi stylée.

Les mini-jeux - Quand c'est trop, c'est trop !

Je dois absolument vous parler des mini-jeux dans Final Fantasy VII Rebirth, car il en propose une douzaine. Que ce soit le Queen’s Blood, un jeu de cartes stratégique qui vous fera parcourir le monde à la recherche de nouveaux défis ou de nouvelles cartes, les Combats 3D synchronisés au Gold Saucer, qui ressemblent à un simulateur de boxe, ou encore les Courses de Chocobos, ces mini-jeux sauront vous divertir pendant des heures. Ce qui est incroyable, c’est que ces activités ne se limitent pas à une seule région. Par exemple, en dehors du Gold Saucer, vous pourrez participer au Carnage des Pirates dans la station balnéaire de la Costa Del Sol, un jeu de tir de fête foraine au design boisé et coloré. D’une région à l’autre, vous trouverez également des pianos sur lesquels vous pourrez jouer ce que vous voulez, du moins si vous êtes un musicien dans l’âme. Certaines phases du jeu vous demanderont aussi de jouer les thèmes musicaux des personnages. C’est amusant, difficile, mais une fois maîtrisé, c’est du plus bel effet.

Pour rester dans le thème des mini-jeux, il y en a un que j’ai particulièrement adoré. Il est simple, mais incroyablement divertissant. La Course Sauvage, bien que son nom ne soit pas très évocateur, est une sorte de jeu de football avec quatre buts. Vous devez défendre le vôtre tout en essayant de marquer dans ceux de vos trois adversaires. Au fur et à mesure que des buts sont marqués, d’autres ballons sont déposés sur le terrain, créant des situations parfois techniques et très serrées. Un autre jeu que j’ai vraiment apprécié est le G-Bike. C’est une version arcade de la course de moto de Midgar durant laquelle vous devez éliminer les gardes et franchir des panneaux bonus pour obtenir une belle dose de nitro. C’est rapide et palpitant, et cela permet de revivre un moment mémorable du Remake dans des conditions plus ludiques.

Pour conclure, j'aimerais évoquer ce qui, selon moi, représente le summum du mini-jeu dans Final Fantasy VII Rebirth. Bien sûr, certains seront totalement investis dans le Queen's Blood avec son aspect stratégique, la construction de deck et surtout la partie collection. Mais personnellement, le meilleur de tous est Rouages & Gambits. Ce jeu vous permet de programmer des robots explorateurs de fontaine à Mako avec des gambits et des actions afin d'éliminer des monstres et de libérer cette même fontaine.

À la manière de Final Fantasy XII, vous pouvez programmer vos robots avec des actions basées sur leurs affinités élémentaires ou l'état de leurs PV. De plus, des actions sont disponibles pour que le robot puisse prendre des initiatives face à l'ennemi, comme un soin ou des tirs élémentaires. Ce qui est intéressant, c'est que les ennemis ont des faiblesses élémentaires qu'il faut prendre en compte en configurant vos robots.

Les combats se présentent sous forme d'une salle avec un Chef ennemi au milieu, et vous devez protéger les trois côtés de la zone en déployant de nouveaux robots ; le but étant de détruire le Chef en éliminant d'abord les salves de petits ennemis. Tout cela sans compter sur le compte à rebours qui marquera votre défaite s'il tombe à zéro. Lors de l'exploration des régions, vous trouverez ces fontaines en question. Réussir ces activités permettra de lancer des flashbacks sur des événements passés encore inédits à ce jour.

Final Fantasy VII Rebirth est un véritable trésor d’activités, à tel point que le temps consacré à celles-ci peut surpasser celui dédié à l’histoire principale. Bien que toutes ces facettes du jeu soient optionnelles, elles offrent l’opportunité de gagner des objets rares, des tenues contextuelles, ou d’accumuler des points pour les boutiques du Gold Saucer. En effet, l’univers proposé est d’une richesse telle que certains mini-jeux pourraient même constituer des jeux à part entière, totalement indépendants de l’aventure principale. Un pur délice.

Final Fantasy VII Rebirth - Une œuvre artistique pleine de charme

Final Fantasy VII Rebirth présente une esthétique proche de celle du Remake, bien que certains compromis aient été nécessaires pour assurer la fluidité lors de l’exploration des zones ouvertes. En effet, des éléments du décor peuvent apparaître subitement, ce qui est principalement perceptible au début du jeu. Heureusement, ces problèmes sont limités aux zones ouvertes, sans perturbation notable dans les villages ou les donjons de l’histoire. Il n’y a aucun ralentissement à signaler, et le mode performance offre un taux de rafraîchissement impeccable.

En ce qui concerne la direction artistique visuelle, l’univers du jeu est tout simplement époustouflant. Le sentiment d’immensité des prairies près de Kalm, des montagnes rocheuses de la région de Nibelheim, ou même de la jungle luxuriante de la région de Gongaga permet de ressentir toute la diversité d’un univers avec ses particularités et ses richesses. Une mention spéciale est à accorder au Gold Saucer, et son dépaysement total. Les zones scintillent de mille feux, et l’hôtel hanté est l’un des lieux insolites à ne pas manquer.

Pour ce qui est de la modélisation des personnages, j’ai remarqué un léger manque de finesse au niveau de la peau. Je suis conscient que je peux paraître minutieux, mais je comprends également que les développeurs ont dû faire des compromis pour garantir une bonne fluidité du jeu et nous permettre de profiter de l’aventure dans les meilleures conditions possibles. On me dit dans l'oreillette, au moment où j'écris ces lignes, que Square Enix proposera une amélioration graphique sous forme de mise à jour pour la version performance du jeu… Attendons de voir !

Les cinématiques sont d'une beauté saisissante ; elles sont fluides, magnifiques et impressionnantes. La mise en scène est véritablement magistrale, et la gestion de la lumière est maîtrisée avec brio. Une véritable œuvre cinématographique vous attend, et quoi qu'on en dise, le travail réalisé par la Creative Business Unit I est tout simplement remarquable.

Nobuo Uematsu a une capacité unique à saisir l’essence des mondes virtuels à travers sa musique. Cette compétence est particulièrement évidente dans ses nouvelles compositions et dans la réinterprétation des thèmes originaux. Le thème de la région de Gongaga mérite une mention spéciale : il est sublime et s’intègre parfaitement à l’ambiance de la jungle grâce à l’intégration de sonorités africaines et de voix d’enfants. Les thèmes des personnages, toujours présents, provoquent des frissons dans leurs variations. Les thèmes des Boss sont, comme toujours, épiques, avec une mention spéciale pour le thème du Boss final.

Force est de constater que la direction artistique, tant visuelle que musicale, vous plonge profondément dans l’aventure. J’ai rarement vu une telle maîtrise de la nature et des donjons, allant des ruines aux usines abandonnées, en passant par les bâtiments militaires, le Canon de Junon, et les voyages à bord du Tiny Bronco… Tout évoque la nostalgie. L’univers que nous imaginions autrefois avec les limitations visuelles et matérielles de la PlayStation prend vie aujourd’hui grâce à une fine cohérence entre les zones ouvertes, les villes et les villages que vous traversez lors de votre aventure.

Final Fantasy VII Rebirth - Une épopée inoubliable !

L’expérience que j’ai eu le privilège de vivre m’amène à me demander si je ne devrais pas revoir mes attentes à la baisse pour les prochains jeux que je testerai. Cette équipe de joyeux défenseurs de la planète m’a offert des moments de rire et m’a même fait verser quelques larmes sur ma DualSense. Je parle de véritables frissons, d’émotions ressenties, d’engagement et de compassion, que ce soit à travers l’état psychologique de Cloud ou à travers sa relation avec Aerith ; je n’ai pas ressenti cela depuis des années ! Le temps passé à explorer, à accomplir des quêtes ou même à grinder ne m’a jamais semblé long ou inutile. Les mini-jeux sont si aboutis qu’ils pourraient être des jeux à part entière. Revivre cette partie de l’histoire avec les événements que nous connaissons dans un univers aussi soigné est une chance pour les fans et un formidable terrain de jeu pour les nouveaux venus. J’ai encore du mal à reprendre mes esprits face à tant de générosité et de contenu. Je suis sûr que ce jeu restera dans ma console pendant encore plus d'une année. J’en ai parlé avec mes collègues de la rédaction et ils ont tous été choqués de voir que, même après avoir produit de nombreux jeux, la Creative Business Unit I de Square Enix a réussi, en 64 heures, à me faire totalement oublier que je ne suis pas un membre d'Avalanche…

Final Fantasy VII Rebirth sortira le 29 février 2024 sur PS5 pour une exclusivité limitée. Vous pouvez précommander le jeu sur le site officiel de l'éditeur.

Tu aimes notre site et tu veux nous aider ?

Rejoins notre Discord pour postuler à la rédaction !

Tu n'aimes pas écrire ? Alors partage notre contenu ou rejoins nous sur nos Réseaux Sociaux !

[ 10 ] Final Fantasy VII Rebirth

  • Date de sortie (japon) : 29/02/2024
  • Date de sortie (Europe) : 29/02/2024
  • Développeur : Square Enix
  • Éditeur : Square Enix
  • Consoles : Ps5
  • Scénario 100%
  • Direction artistique 100%
  • Gameplay 100%
  • Plaisir 100%
  • La direction artistique visuelle et musicale
  • Le travail sur les personnages
  • Le scénario remanié, profond et bien plus complet que sur l'original
  • La générosité de contenus annexes
  • Le système de combat maitrisé
  • Le nouveau système de progression
  • Les activités des zones ouvertes
  • La douzaine de mini-jeux
  • L'ambiance tout simplement
  • La rejouabilité et durée de vie gargantuesque (64 heures pour les crédits, au moins 150 pour le reste en fonction de votre style de jeu)
  • Quelques petits soucis techniques
Partagez l'amour du jrpg
Kuro
Kuro

Enchanté, je suis le créateur de JRPGFR. Admirateur fervent de la culture pop japonaise, notamment des jeux de rôle japonais, j'ai l'ambition de partager ma passion auprès d'un public aussi vaste que possible. À l'âge de 37 ans, mon J-RPG préféré demeure Chrono Trigger ! Nous vous convions donc cordialement à nous rejoindre pour découvrir notre contenu !

Laisser un commentaire