Sand Land - Un chef-d’œuvre signé Akira Toriyama !

Accueil / Sand Land - Un chef-d’œuvre signé Akira Toriyama !

Partagez l'amour du jrpg

Akira Toriyama restera un nom éternel et intemporel tant que le manga subsistera. Sand Land, un manga sorti en 2000, puis en 2002 en France, ressort quasiment un quart de siècle plus tard dans LE genre vidéoludique qui nous passionne. Oui, ce jeu est un succès en atteste les jeux de mots qui complètent une œuvre d'un génial créateur qui nous manquera. En attendant des nouvelles de Dragon Quest XII, concentrons-nous sur Sand Land, qui, à mon sens, mérite une place dans toutes les bibliothèques des joueurs et joueuses.

Nous remercions Day One MPM grâce à qui le test a été rendu possible. Avant de vous lancer dans le test de Sand Land, sachez que les noms des personnages du manga et du jeu diffèrent. Pas de grand-chose, mais il est important de le signaler pour tous les puristes qui connaissent déjà l'univers de ce manga éponyme. Les novices s'engagent dans une production dont ils ignorent encore la grandeur !

L'histoire de Sand Land - Riche, immense, facétieuse, tous les ingrédients dans un seul jeu !

Les démons... Les démons... Ces étranges créatures qui nous ont fait peur quand nous étions petits et qui nous suivent adultes... En 2024, à l'âge de 42 ans à ce jour, j'ai grandi avec l'univers d'Akira Toriyama sans pour autant me baigner dedans. Mes expériences dans le milieu du mangaka sont Dragon Quest XI et Blue Dragon. Désormais, dans cette petite liste de jeux s'ajoute Sand Land.

Vous débutez au Village des Démons avec le jeune Beelzebub, un démon de 2500 ans, dont le père est Lucifer et possédant les mêmes traits que Dabra de Dragon Ball. Avec ses amis démons, vous faites connaissance avec cette communauté farceuse qui vit en retrait des humains. Les humains, justement, il y en a un qui va oser braver les interdits et se présenter devant eux : Rao. Celui qui s'appelle ainsi est celui qui va faire démarrer toute l'histoire.

Sand Land

Comme son nom l'indique, Sand Land est une terre aride où les gens survivent difficilement en devant acheter à prix d'or de l'eau en bouteille. Quelle ignominie ! Beelzebub et sa bande auront pour but de découvrir la Source Légendaire à travers une rumeur qu'a entendue Rao. Il demande donc aux démons de l'accompagner dans cette aventure qui se dénouera selon la voie que vous lui donnerez. Plus ou moins longue, vous découvrirez une vérité bien dérangeante que, seuls les humains, sont capables de construire et de détruire en accusant les autres.

L'eau n'étant qu'un passage du jeu, je vous laisse découvrir la suite d'une aventure épique, bourrée de jeux de mots amusants et de facéties dont seuls les démons sont les maîtres. Sand Land vous invite à découvrir qui sont les réels dangers de ce monde. Ann, une rencontre prometteuse, vous emmènera dans un nouveau monde et vous aidera à bâtir tout ce qui servira au jeu.

La première histoire est terrifiante de réalité. L'eau est un sujet sensible dans notre monde. Beaucoup de peuples à travers le monde en manque, et dans les autres, elle est payante, ce que je juge inadmissible alors qu'il s'agit d'une des ressources les plus importantes. Beelzebub, ses amis et les scénaristes se rapprochent de la réalité à travers ce récit, d'autant plus quand nous découvrons l'histoire de Rao. Cet homme rongé par des remords et UNE ACTION qui favorisera définitivement les engeances du mal sans qu'il le sache. Cet homme bon œuvre désormais pour le bonheur du monde entier pour tenter de réparer ses fautes.

SAND LAND_20240430153907

Il y a 79 ans, le Japon était bombardé faisant des millions de victimes. Sand Land aborde ce terrible sujet historique à travers l'Aquanium, une bombe à hydrogène, qui a provoqué l'éradication d'un peuple, par l'appui d'un seul homme... L'histoire est belle, très dure, mais belle : celle de la rédemption, de la vengeance, du complotisme, de la manipulation. Tout y est. Le récit et la narration sont incroyablement complets. Du grand art scénaristiquement parlant ! On rigole aux premiers abords, mais avec le recul, c'est triste et criant de terreur. Méditons un peu et décidons-nous de ce que nous voulons laisser aux générations futures.

Un gameplay référencé de grands noms !

Sand Land est un JRPG. Pourquoi ? Nous retrouvons ILCA aux commandes du développement et Bandai Namco à l'édition, des entreprises nippones. La direction artistique provient d'Akira Toriyama, un artiste japonais. Les éléments sont donc réunis pour le côté japonisant. Le gameplay est un ingénieux mélange des mécaniques RPG occidentales et orientales. Nous retrouverons donc ici des références aux licences Borderlands et Far Cry, à mon sens.

Sand Land

Dans toute son immensité, on se retrouve propulsé dans un jeu dont l'envergure atteint des sommets. Sand Land est un jeu d'action dans lequel vous vous battrez à mains nues avec Beelzebub ou à partir d'un véhicule doté de deux armes. C'est à vous de décider quel genre vous satisfait, mais les deux apportent leurs lots de satisfactions. Les grands espaces, il y en a dans cette terre asséchée, par-ci et par là, il y a des ennemis visibles que vous aurez le choix d'affronter ou non. En vous confrontant et en éliminant vos ennemis, qu'ils soient monstres, humains ou véhicules, de nombreux butins seront récupérables. Sans compter les centaines de coffres cachés çà-et-là sur les différentes strates du jeu.

L'exploration de Sand Land - Un travail à temps plein

Sand Land est un monde ouvert par excellence dont le niveau des ennemis se cape au vôtre, sauf à quelques endroits bien cachés. En courant ou en véhicule, vous arpenterez des espaces immenses, des montagnes, des cavernes et bien d'autres biomes à la recherche de matériaux, de quêtes de chasse, de sauvetage, mais aussi de petits villages. Dans ces petits villages, vous attendent souvent des quêtes secondaires qui serviront à l'histoire et à votre hub principal : Spino.

C'est une partie qui prend énormément de temps quand on est complétionniste. À la manière de Far Cry, il y a des pylônes à réparer. Une fois qu'ils le sont, la zone se découvre et vous obtenez des informations : nombre de coffres, de grottes, de points d'eau, de campements, tout y est. Alors, si comme moi vous aimez tout retourner dans un jeu de rôle, cet aspect-là du gameplay est pour vous.

L'exploration se fera avec différents engins, et il est assez frustrant qu'ils soient assez lents... au début du jeu. Chaque véhicule possède ses spécificités, et la moto sera bien agréable pour faire le tour de ces contrées. Sand Land est parfois "trop grand" et peut paraître décourageant tant il y a à explorer. D'autant plus que ces grands espaces sableux sont parfois dénués de toute vie, sans ennemis à tabasser.

Les véhicules

Ann est une personnalité que vous rencontrerez et qui vous rejoindra assez vite. Avant de découvrir sa vraie personne, elle saura se montrer grande bricoleuse d'engins motorisés devant l'Éternel. Quand vous ferez de Spino votre refuge, elle y tiendra un garage auquel vous devrez apporter pièces et butins pour y construire vos futurs moyens de déplacement. J'ai d'ailleurs été assez bluffé par la création des véhicules. Je pensais qu'elle eût été automatique. Hé bien non ! Quatre pièces essentielles sont à fabriquer avant de pouvoir envisager la construction dudit véhicule. Une fois les pièces construites, selon les schémas récupérés, celles-ci définiront le niveau de celui-ci. Et selon le niveau, la construction nécessitera des matériaux plus ou moins rares trouvables chez le marchand ou sur les monstres aux alentours.

Il y a d'autres équipements disponibles. Les Puces EX vous donnent des avantages (vitesse, boost, recharge automatique, etc), les pièces optionnelles (bien plus rares), elles, peuvent vous apporter une compétence supplémentaire en combat. C'est vraiment complet, et cela vous pousse à tester tous les schémas disponibles. Et à certains endroits, il y a même des courses automobiles solo ou groupées.

Sand Land

Cet aspect est bien étudié. Il vous oblige à aller vous battre à certains endroits, contre certains monstres, pour obtenir un seul objet qui vous manque pour avoir enfin LE char tant désiré. Il y a pas mal de types différents (voitures, motos, chars, robots bondissant, etc) et tout autant de possibilités. Et pour conclure le tout, les matériaux se classent dans un ordre allant de commun à mythique ou unique.

Tu la veux ma roquette ?

Les combats sont une partie importante dans Sand Land tant vous pouvez récupérer des butins. Les monstres vous octroieront des peaux, des cuirs, des venins quand les humains et chars vous offriront des matériaux de construction pour vos véhicules. Ceux-ci possèdent deux armes. La première étant modifiable dans la construction, elle peut-être une salve de roquettes, des missiles incendiaires et j'en passe. La seconde est une mitrailleuse au calibre plus ou moins gros, qui est améliorable selon des prérequis matériels.

Les combats de boss, monstrueux ou humanoïdes, sont assez faciles tant que vous visez bien ou que vous appréhendez bien le corps à corps. J'aurais vraiment apprécié récupérer les véhicules des boss tant ils sont stylés et histoire d'agrandir les possibilités mobiles. Obtenir des châssis c'est aussi la base de la construction de vos futurs engins motorisés.

Si vous pouvez vous battre en véhicule, vous pouvez aussi choisir de combattre avec Beelzebub avec ses poings destructeurs. Au fil des niveaux, Beelzebub, Rao et Thief évoluent selon un arbre de compétences. Le démon principal possède son propre arbre quand les deux autres en partagent un en commun. Ce sera donc à vous de sélectionner comment faire évoluer votre personnage et ses amis.

Sand Land

Les compétences sont des combinaisons de touches que j'ai trouvées difficiles à assurer. Dans les deux cas, à poings ou en véhicule, vous pouvez activer les compétences de vos amis. Rao attirera les ennemis et proposera des leurres, quand Thief, lui, saura récupérer les butins sur le terrain (minerais, arbres, cactus, etc), mais ce démon grognon, aux jeux de mots douteux, sait réserver quelques surprises détonantes...

Pour résumer, les compétences de Beelzebub s'octroient par des points de compétences obtenus à chaque niveau gagné (un seul) et les compétences des véhicules se gagnent en récupérant des butins dans les coffres et ennemis occis. Fait amusant, si nous pouvons tuer les humains avec les mitraillettes, en leur tirant dessus au canon, ils fuiront le combat bras en l'air, comme dans un anime.

Spino ou l'évolution de Sand Land

Sand Land se décline sous plein de zones immenses qui se pavent de nombreux éléments décrits plus hauts. Parmi ces éléments, il y a des villages plus ou moins établis, et il y a celui de Spino. Ce sera votre hub principal, celui que vous ferez évoluer. Au départ, Spino est un village fantôme qui est au bord de la disparition. Avec l'arrivée de nos amis, Ann y ouvrira un garage pour vos véhicules et les quelques badauds y vivant vous donneront quêtes et requêtes. Ici, à la manière de l'incroyable Ni No Kuni II, vous allez recruter des gens pour faire grandir ce village en ville.

Sand Land

Si au départ vous aurez juste une marchande, vous compléterez votre cité avec vos recrues et de nouvelles échoppes ouvriront. Elles vous donneront accès à de nouvelles quêtes secondaires, des quêtes de chasse, des histoires de personnage. En gros, il y a tout ce qu'on peut espérer avec Sand Land. D'un village fantôme à une ville animée, où chaque personnage est mobile, vous rencontrerez toujours plus d'amis et vous pourrez même y construire des chambres, décorer vos chars avec des teintures et ainsi de suite.

Le gameplay est extrêmement complet. Allant de deux façons de combattre à une exploration hallucinante, en passant par la récupération de tous les trésors, tout y est. À la manière de Toripo dans Blue Dragon, il y a un vendeur spécial qui vous proposera des cartes au trésor. Pour peu que vous possédiez une ressource unique.

Chaque élément s'imbrique bien dans un autre. On peut passer autant de temps à construire son char qu'à décorer sa chambre ou à explorer. C'est inimaginable de voir le nombre de choses à faire dans ce jeu. C'est pourquoi je le compare avec des jeux comme Borderlands 2 ou encore Ni No Kuni II, même si j'avoue avoir un peu de mal avec l'ergonomie des touches pour l'activation des compétences. Et si le jeu avait proposé un multijoueur comme le propose Borderlands, je vous laisse imaginer comment le JRPG aurait pu toucher la population des joueurs !

Une direction artistique connue, maîtrisée et appréciée !

Akira Toriyama résonnera tout au long de nos vies de lecteurs, de joueurs. C'est une référence, un maître qui s'est éteint bien trop tôt, mais qui demeurera à jamais éternel. Sand Land est la preuve vidéoludique que nous aimons cette direction artistique, ses personnages singuliers et tout l'univers de cette légende. Beelzebub se veut le Prince des Démons, Akira Toriyama sera le Roi de tout ce qu'on veut. Si ce génie artistique va nous manquer, son œuvre, ses œuvres, seront à jamais ancrées.

Bien qu'il soit connu, tout joueur ou toute joueuse connaissant cet univers sera conquis par Sand Land. Nous retrouvons l'essence même des dessins modélisés que nous admirons. Vous ajoutez à cela une histoire diablement bien ficelée (demandez à Ann ce qu'elle en pense) et des textes drôles au possible, et vous tenez là un des meilleurs jeux de l'année 2024.

Les musiques, bien que répétitives (quel jeu ne l'est pas ?), sont bien orchestrées et collent bien aux univers visités. Une mention spéciale pour l'exploration du cuirassé Lisab dont la musique et les chœurs me provoquent énormément d'émotions, et même si elle se réitère, il m'est arrivé de rester immobile et d'écouter les notes jouées à cet endroit. Les bruitages des butins pourront agacer certains d'entre vous tant les aigus sont un peu trop élevés.

Sachez que le test a été réalisé sur PS4. Certains clignotements subsistent et les ennemis, à leur apparition de loin, ont une chute d'images par seconde terrible. Mais cela n’entache en rien la qualité des combats et du jeu en général. Kuro, qui y a joué sur PS5, n'a pas rencontré ces désagréments.

Concernant le doublage, le jeu est en japonais/anglais avec des sous-titres en français. Deux choses ressortent ici et qui établiront une prise de position. La France est le deuxième pays consommateur de mangas dans le monde derrière le Japon. Il est inadmissible qu'un tel jeu, provenant d'éditeurs aussi importants, ne soit pas doublé en français ! Il en va de même pour les productions autres de grandes sociétés de jeux vidéo. Le deuxième point, cité dans le préambule, est que les noms des personnages diffèrent du manga au jeu vidéo. Ainsi, Rao est Lao, Satan est Lucifer, et ainsi de suite, c'est vraiment dommage. Cela crée un décalage entre les deux médiums pour la même dénomination.

Alors, cette claque elle vient ?

Sand Land s'impose comme le jeu de l'année pour moi. Du moins, s'il y avait une récompense pour la première partie de l'année, Sand Land la remporterait. À mi-chemin entre le RPG japonais et quelques mécaniques occidentales, ce jeu regroupe énormément d’éléments que j'aime. Cela faisait longtemps que je tournais en rond dans le jeu vidéo sans trouver le renouvellement dont j'avais besoin. C'est un vent de fraîcheur avec une histoire terriblement humaine, comme seuls les RPG savent les conter.

Sand Land

Cela se renforce avec les liens que j'ai pu faire entre l'Histoire et le virtuel qui me sont proposés. Et cela l'est encore plus avec la disparition soudaine d'Akira Toriyama, à qui nous devons un univers digne d'un Tolkien. Bien sûr, tout cela n'engage que moi et le test m'est personnel et je vous retranscris simplement mon avis. Sand Land fait partie de ce genre de jeu que nous devons posséder, que nous soyons fans de Toriyama, de JRPG, ou collectionneur de jeux vidéo. Pour preuve, je l'ai offert à mes amis les plus proches, trois exemplaires quand même ! Alors, procurez-vous le !

Sand Land est disponible depuis le 26 avril sur PS4, PS5, Xbox Series et PC.

Tu aimes notre site et tu veux nous aider ?

Rejoins notre Discord pour postuler à la rédaction !

Tu n'aimes pas écrire ? Alors partage notre contenu ou rejoins nous sur nos Réseaux Sociaux !

Tu veux soutenir le projet, découvre notre Patreon !


[ 9.5 ] Sand Land

  • Date de sortie (japon) : 26/04/2024
  • Date de sortie (Europe) : 26/04/2024
  • Développeur : ILCA
  • Éditeur : Bandai Namco
  • Genres : Action
  • Consoles : Ps4, Ps5, PC, Series
  • Scénario 100%
  • Direction artistique 90%
  • Gameplay 90%
  • Plaisir 100%
  • L'exploration
  • La direction artistique
  • La construction de la ville et des véhicules
  • Tout ça...

Partagez l'amour du jrpg

Naturel
Naturel

Bonjour,
Laurent dit "Naturel" ou encore "Renault". Créateur de jeux de mots et à l'humour douteux, mais toujours drôle ! J'aime faire des rapprochement entre jeux vidéos et société.
Fan de la licence Final Fantasy par laquelle j'ai commencé à jouer aux RPG japonais, sans savoir que c'en étaient.
Mes jeux préférés sont FFVIII et Tales of Vesperia, mais amateur de tous jeux vidéos, exceptées les simulations sportives.

Laisser un commentaire