Accueil / Avis sur The Hungry Lamb : Traveling in the Late Ming Dynasty - Un voyage éprouvant

Avis sur The Hungry Lamb : Traveling in the Late Ming Dynasty - Un voyage éprouvant

Partagez l'amour du jrpg

The Hungry Lamb : Traveling in the Late Ming Dynasty est un visual novel développé par le studio indépendant Zero Creation Games et édité par 2P Games dont nous avions déjà parlé sur le site. Comme son nom l'indique, il se déroule en Chine au crépuscule de la dynastie Ming, soit en 1632. C'est le troisième jeu des développeurs, après un premier dont le titre n'a pas été traduit en occident et un deuxième se nommant Black and White. J'ai eu la chance de me voir offrir la possibilité de vous parler pour la première fois d'un roman visuel, je vais donc vous dire ce que j'en ai pensé.

Des agneaux et des loups

Liang, le protagoniste de cette histoire, est un loup. Pas vraiment un loup à proprement parler, entendons-nous bien, mais il se voit comme tel. C'est d'ailleurs par ce spectre animal, qu'il distingue chaque personne qu'il croise. Certains sont pour lui des chats ou des renards, mais la plupart sont des agneaux. Des personnes inoffensives, qui n'ont aucun pouvoir sur leur destinée, des victimes en devenir. Liang est donc un loup car il est acteur de sa propre vie. Avec son acolyte Tongue, il tue, froidement, et commet d'autres larcins pour survivre en ces temps troublés.

Une nouvelle opportunité se présente à eux pour mener des agneaux à Luoyang. Cela ne ravit pas notre "héros" de s'adonner à du trafic d'être humains, préférant s'adonner à des méfaits comme le meurtre ou le vol. Les agneaux en question sont des fillettes et parmi celles-ci, Liang perçoit un chat en la personne de Sui, une petite fille qui semble bien plus vive et mature que ses camarades. Acceptant ce travail presque à contrecœur, ce voyage sera l'occasion pour Liang de mettre sa nature de loup à l'épreuve. Ces enfants qu'ils doivent livrer seraient destinés à rejoindre l'estomac du Swine Demon, un monstre gargantuesque vivant dans une opulente décadence. Notre protagoniste peut-il faire confiance à cette étrange fillette qui semble avoir déjà tant vécu ? Cette histoire a en tout cas de bonnes chances de vous prendre aux tripes, sans mauvais jeu de mot.

hungry lamb

Comme vous avez déjà pu le deviner, The Hungry Lamb est un jeu sombre, très sombre. La fin de la dynastie Ming a été frappé par de nombreux fléaux, guerres, pillages et celui qui sera omniprésent durant cette aventure, la famine. La faim nous est montrée ici dans sa réalité la plus crue, celle qui transforme d'honnêtes gens en meurtriers sanguinaires, celle qui vous fait commettre l'impensable pour survivre. Si l'aventure nous est contée à travers les yeux de Liang, elle l'est aussi par ceux de Sui, par le biais de chapitres annexes nous permettant d'en savoir plus sur les évènements qui l'ont conduite jusque ici.

hungry lamb

J'ai apprécié la qualité de l'écriture qui nous plonge dans les pensées de Liang, au cœur de ses doutes à mesure que l'on s'enfonce dans le récit. Mais l'expérience a été déroutante au début, n'ayant pas l'habitude d'être dans le camp des "méchants" sans possibilité d'influencer le cours des choses, mais cela s'améliore par la suite. On a très vite envie d'en savoir plus, même si le voyage est éprouvant car nombreuses sont les horreurs à surmonter pour arriver jusqu'au bout.

Un visual novel très classique dans sa conception…

En ce qui concerne le gameplay, c'est un roman visuel très classique. Des choix parsèment l'aventure. Ces derniers vous permettent d'éviter une fin prématurée, quand d'autres sont un moyen d'approfondir votre relation avec la petite Sui. Un système de Flowchart vous montre les divers embranchements scénaristiques auxquels vous pouvez accéder à n'importe quel moment sans sauvegarde, ce qui est plutôt agréable. Les fins sont au nombre de neuf, dont une true ending que vous pouvez atteindre en fonction de votre affinité avec Sui, et ce après un périple d'une dizaine d'heures. Je déplore cependant le fait que, comme beaucoup de romans visuels, The Hungry Lamb n'exploite pas suffisamment à mon sens son médium en jouant avec son texte pour accentuer le récit, mais heureusement ce jeu sait se distinguer autrement.

hungry lamb

…Mais très riche artistiquement

Les illustrations de ce jeu sont de bonne qualité, le ton est souvent morne, grisâtre, pour accentuer la bassesse de cette époque, mais celui-ci nous récompense parfois d'images très poétiques. Néanmoins, c'est surtout via l'ambiance sonore et sa musique que ce jeu m'a captivé. Le soft est entièrement doublé en chinois, à l'exception de notre personnage principal. Le sound design s'adapte à chaque situation favorisant l'immersion dans cette histoire. La musique m'a tantôt bercé, tantôt transporté dans cette aventure exotique exacerbant avec brio mes émotions.

hungry lamb

Une fin de loup

Je ne m'attendais pas à accrocher autant à The Hungry Lamb à cause de son aspect classique, mais ses personnages attachants et très bien développés ont eu raison de moi. Liang, le loup, qui redécouvre son humanité. Sui, le chat, d'une résilience à toute épreuve. La justesse des émotions décrites dans le jeu m'a donné envie d'en apprendre plus sur cette période que l'on croise rarement dans le jeu vidéo. Si vous avez le cœur bien accroché, je ne peux que vous conseiller ce jeu, étant de surcroit très abordable financièrement.

The Hungry Lamb : Traveling in the Late Ming Dynasty est sorti sur PC via Steam le 23 avril 2024.

Tu aimes notre site et tu veux nous aider ?

Rejoins notre Discord pour postuler à la rédaction !

Tu n'aimes pas écrire ? Alors partage notre contenu ou rejoins nous sur nos Réseaux Sociaux !

Tu veux soutenir le projet, découvre notre Patreon !

Partagez l'amour du jrpg

Ogma
Ogma

Nostalgique de l'âge d'or du JRPG, amoureux de la culture japonaise et flirtant au gré de mes aventures entre les Final Fantasy, les Persona, les Yakuza et les Kiseki pour ne citer qu'eux

Laisser un commentaire