Pour ce test de The Alliance Alive, je vais tenter d’être un minimum impartial mais aussi pédagogue pour que vous puissiez comprendre que ce JRPG, qui certes est passé inaperçu, regorge de très bonnes qualités et encore plus dans sa version Nintendo Switch.

La fréquence à laquelle nous devons parler de nostalgie dans le contexte des JRPG est étonnante. Nous voyons sans cesse des développeurs qui ont grandi avec la NES et la SNES atteindre enfin l’âge où ils sont capables de diriger leurs propres projets de jeu, et les résultats vont des absurdités de Kemco aux chefs-d’œuvre du genre moderne comme Bravely Default et Octopath Traveler.

L’Alliance Alive est un autre de ces jeux, et ayant manqué la chance de jouer à l’original sur la 3DS, je suis très heureux que la NISA et FuRyu aient décidé de lui donner une autre tournure sur autre chose que la Nintendo 3DS, parce que c’est un régal.

Les personnages

Dès le départ, la chose la plus séduisante dans The Alliance Alive est la façon dont elle emprunte les règles de narration des JRPG d’antan. Avant qu’il ne soit possible de construire des jeux sur une mémoire quasiment illimitée, et avant que des équipes entières d’écrivains ne soient recrutées pour créer du “contenu” et confondre les joueurs en leur faisant croire que la longueur et la profondeur sont la même chose, la narration que l’on trouvait dans ces jeux était à la fois brève et efficace.

The Alliance Alive

Si vous prenez le scénario de Final Fantasy VI, par exemple, il n’est pas si long. Il bénéficie d’une riche caractérisation grâce à sa brillante maîtrise des quiproquos et des énoncés d’une seule phrase, et il raconte une histoire vraiment profonde parce que tous les manuels de philosophie ne sont pas des briques (en fait, la plupart d’entre eux ne le sont pas). Aujourd’hui encore, c’est le jeu auquel j’aimerais que les développeurs de jeux modernes jouent pour apprendre quelques leçons sur la narration d’histoires.

Trop de titres nostalgiques modernes confondent encore la verbosité avec une écriture riche, mais The Alliance Alive est un jeu presque majestueusement bref par moments. Les personnages sont dépeints avec une efficacité qui m’a permis de m’y attacher instantanément.

Par exemple, une fille vit dans un monde de pluie perpétuelle, et sa détermination à voir une image du ciel bleu fait d’elle une fille naïve, douce, mais déterminée, et elle le fait avec une dizaine de lignes de dialogue.

Et puis il y a la mécanicienne qui se bat sur le dos d’un canard géant qu’elle a construit, et qui utilise un rayon rétrécissant pour rétrécir le canard afin de le transporter avec elle quand elle n’en a pas besoin. Cette cut-scene dure environ une minute, et vous en sortez à la fois heureux, et le sentiment que cette fille est pleine de ressources, un peu bizarre, et du genre à foncer.

Un RPG moderne écraserait chacun de ces personnages pour essayer de les faire apparaître comme quelque chose de mieux, et tout cela aurait été complètement inutile.

L’histoire

Lorsque vous avez réuni les neuf personnages principaux de The Alliance Alive pour le début de la quête principale, vous les aimez déjà tous, et pas une seule fois le jeu n’a eu l’impression de traîner la patte pour vous y amener.

The Alliance Alive parle d’un monde d’humains, de démons et d’hommes-bêtes qui se font la guerre.

Mais, naturellement, il y a des gens qui cherchent à changer cela et à échapper à leurs existences mornes respectives, et quand le destin les réunit, ils se lancent dans une aventure qui les plonge au milieu de tout un tas d’événements qui bouleversent le monde.

En d’autres termes, il offre exactement le même sens d’un voyage épique que les premiers jeux Final Fantasy pouvaient le faire de façon si impressionnante sur un matériel aussi limité.

Pas de spoilers ici, mais le jeu aborde bon nombre des mêmes thèmes que les RPG précédents ont si bien explorés. Les questions pratiques autour du racisme et de la xénophobie jusqu’aux exercices plus réfléchis et expérimentaux autour de l’existentialisme, du déterminisme, etc.

Graphiquement The Alliance Alive c’est …

The Alliance Alive semble étonnamment moderne pour quelque chose qui se voulait nostalgique. Plutôt que de pixels, le monde a une esthétique picturale magnifique à travers ses environnements.

Les personnages et les monstres en 3D visent ouvertement à capturer une simplicité que les joueurs interpréteront comme “rétro”, mais en pratique, ils sont également très détaillés, richement dessinés et très modernes à l’œil. C’est un peu comme si World of Final Fantasy avait utilisé l’esthétique Chibi avec beaucoup d’efficacité pour donner aux joueurs un jeu à la fois nostalgique et qui n’a pas l’air d’être redevable à ces styles artistiques anciens. The Alliance Alive n’a pas les monstres charmants et l’héritage du titre Final Fantasy, mais il sera considéré comme l’un de ces jeux qui ont toujours mérité plus de crédit pour leur esthétique qu’il n’en a reçu …


Le gameplay

Si The Alliance Alive a un problème, c’est qu’il est beaucoup trop facile, c’est une décision de conception vraiment déconcertante. Il y a un pic de difficulté à mi-chemin qui en surprend apparemment certains, mais ce n’est pas un pic que j’ai rencontré lors de mon propre parcours. J’ai peut-être eu la chance de choisir le bon mélange de compétences qui se gagnent grâce aux points obtenus au combat. Si c’est le cas, cela démontre néanmoins que la difficulté de celle-ci est tout à fait arbitraire et mal gérée.

Cela aurait été une chose d’avoir un mode facile pour ceux qui voulaient simplement profiter de l’histoire, mais sans difficulté sélectionnable, il n’y a pratiquement aucun défi dans ce jeu. Plutôt que d’obtenir des niveaux d’expérience, vos personnages gagneront de nouveaux HP et compétences montées au maximum en fonction de la façon dont vous les utilisez au combat.

C’est un bon système, et j’ai aimé la façon dont il a été utilisé se référençant à la série SAGA de Square Enix. Mais ici, il n’y a pas vraiment d’intérêt à s’engager dans le système parce que la difficulté des ennemis est bien trop faible.

The Alliance Alive

Ils deviennent alors une corvée à laquelle il faut s’atteler, et étant donné que vos personnages se voient restituer leurs HP entre les combats, la seule façon de vous donner un défi est de courir partout, d’attirer l’attention de plusieurs ennemis à la fois, puis de devoir les affronter dans une série de combats, les uns après les autres. Cela introduit un certain degré d’attrition et de gestion des ressources, mais seulement en transformant la bataille en un long et pénible combat, et en contradiction totale avec le rythme qui est par ailleurs une caractéristique excellente du jeu.

Ensuite, vous arriverez à un boss pour découvrir que vous avez accès à une attaque surpuissante qui transformera ces combats de boss en galipettes amoureuses, mais au détriment de votre équipement, qui est détruit dans l’effort.

Ce n’est pas une grande punition, cependant, étant donné que votre personnage peut tenir deux armes différentes en même temps, et qu’il y a un atelier de réparation au coin de la rue.

Quand le combat devient aussi facile, je trouve qu’il devient fatigant, car j’ai l’impression qu’il n’y a pas de récompense significative à y participer. Par conséquent, je me trouve rapidement un peu enclin à voyager dans un jeu trop facile, car le risque de rencontrer d’autres ennemis n’en vaut tout simplement pas la peine qu’on s’y attarde. Avec The Alliance Alive, j’ignorais les coffres à trésors et j’essayais de me précipiter dans les donjons, ce qui est dommage, car ils présentent eux aussi des éléments esthétiques et de design magnifiques.

En conclusion

J’aime The Alliance Alive HD pour tellement d’autres raisons que le gameplay d’une simplicité déconcertante. Les personnages sont dynamiques, le monde est fascinant à explorer, l’esthétique est magnifique et le jeu est à cheval sur la frontière entre la nostalgie et la modernisation. C’est le genre de jeu qui semble facile à rejeter ou à négliger comme étant quelque chose de trop redevable au passé, mais en vérité il mérite un bien plus grand respect que cela.

N’hésitez pas à réagir à nos articles sur la page Facebook de JRPGFR !

Notre score
7/10

Réaction de l'équipe

Plus

  • Direction artistique se voulant rétro mais très actuelle
  • Bon JRPG pour entrer plus facilement dans la serie SAGA de SquareEnix
  • Des musiques magnifiques
  • Des personnages bien écrits et complémentaires

Moins

  • La facilité déconcertante du soft (mais excellent pour les débutants)