News
Premier Média Francophone du RPG Nippon
Premier Média Francophone du RPG Nippon

[Test] Persona 4 Golden – une version PC réussie ?

Persona 4 golden

Commencer une nouvelle année scolaire est une période difficile pour tout le monde. Mais l’adolescent, personnage principal du JRPG d’Atlus Persona 4 Golden, a la vie particulièrement difficile.

Histoire

Notre héros est passé de l’agitation et des lumières de Tokyo au calme supposé de la campagne d’Inaba, et il a à peine eu le temps de faire ses valises qu’une série de meurtres horribles dévaste le calme serein de la ville.

Son oncle détective étant rarement à la maison pour l’aider à s’installer, il utilise son temps libre pour se joindre à un groupe de camarades de classe, chacun détenant des pouvoirs surnaturels latents, afin d’enquêter sur ce phénomène inquiétant.

Négocier les pièges de la vie scolaire des adolescents tout en naviguant dans des donjons fantastiques remplis de monstres bizarres semble être une combinaison étrange; le génie de Persona 4 Golden est de savoir comment il entrelace brillamment ces deux idées apparemment disparates.

Persona 4
– Le malaise du jeu ! –

Pourtant, les premières impressions ne sont pas particulièrement prometteuses. Après tout, il s’agit d’un portage. Il est basé sur la version PS Vita, vieille de huit ans, qui était elle-même une édition lissée de l’original sur PS2 de 2008.

En tant que tel, il montre son âge visuellement, même si sa conception artistique élégante et évocatrice compense ses défauts techniques. Et le démarrage reste lent. Golden rationalise l’introduction tristement longue de l’original, mais il faut encore attendre quelques heures avant que les roues du RPG n’entre en jeu et que vous puissiez contrôler votre emploi du temps. Vous devrez faire preuve d’un peu de patience avant de voir ce qui rend le jeu si spécial.

Gameplay

Vous finirez par pouvoir décider exactement de ce que vous faites en dehors des heures de cours. Ah, les dilemmes qui accompagnent le fait d’être l’enfant populaire … Est-ce que tu t’arrêtes à la salle de musique pour t’entraîner avec ton groupe ou est-ce que tu vas t’entraîner au football ? Passer du temps avec Yosuke, garçon vulgaire mais bien intentionné, ou traîner avec Chie, la jeune fille agressive et amatrice de steak bien gras ?

Vous serez amenés, parfois, à suivre des cours à l’école, où vous serez invité à répondre à une question à choix multiple (parfois pour aider vos amis qui ne savent pas ou n’ont pas fait attention) pour un petit coup de pouce aux compétences sociales de votre personnage.

Persona 4
– Votre meilleur ami, … débile ! –

Ces activités vous permettront de participer à d’autres activités extrascolaires. Avec un niveau de connaissances élevé, vous passerez des examens et vous aurez la possibilité d’accepter un emploi de traducteur à temps partiel pour gagner de l’argent supplémentaire.

Entre-temps, vous pouvez aussi vous donner du courage en terminant un plat épicé dans un restaurant chinois et, finalement, vous aurez la possibilité de vous rendre tard le soir au sanctuaire local dont on dit qu’il est hanté.

Toutes ces activités renforceront également vos liens sociaux, qui sont votre façon d’approfondir vos relations avec vos camarades de classe. Cela débloque des options de dialogue supplémentaires, mais surtout, cela alimente l’autre moitié du jeu.

Les donjons

Chaque fois qu’un de vos camarades disparaît, vous avez plusieurs jours pour vous préparer à le sauver avant qu’il ne disparaisse à jamais. Pour chaque tentative de sauvetage, vous vous aventurerez dans un monde parallèle auquel on accède à travers un téléviseur.

Ici, vous explorerez les pièces et les couloirs d’une série de manoirs à plusieurs étages, en attaquant des patrouilles d’ombres qui se transforment en une gamme de créatures étranges à combattre à tour de rôle.

Vous pouvez attaquer avec des armes fabriquées par le forgeron local, mais vous ferez plus de dégâts en invoquant des Personae. Des projections surnaturelles rendues réelles par les liens sociaux que vous avez créés. Au fil du temps, vous en accumulerez des dizaines, ce qui vous permettra de fusionner deux ou plusieurs d’entre elles pour créer des Personae plus fortes et plus polyvalentes. Vous pouvez leur transférer directement des capacités existantes, et vous pouvez également trouver des cartes de compétences pour diversifier davantage leurs set d’attaques.

persona 4
– Igor, votre meilleur coéquipier –

Les combats

Le combat au tour par tour est vif et engageant sans être particulièrement novateur. Vous contrôlez directement le protagoniste. Les autres membres de la team agissent indépendamment, mais peuvent être guidés en leur donnant des tactiques prédéfinies.

En ciblant la faiblesse élémentaire d’un adversaire, vous aurez un coup supplémentaire. C’est simple, et pourtant, même les actions fortuites sont imprégnées d’une plus grande signification. Lorsqu’un ami vous tend la main pour vous soulever du sol, vous pensez au temps que vous avez passé à dire des bêtises sur le toit après l’école ou devant un morceau de bœuf le soir.

– Des combats au tour par tour passionnants ! –

Leurs Personae, elles aussi, sont un rappel de la lutte que les personnages ont menée. Le donjon de chaque victime représente une prison interne de leur propre imagination, où leurs pensées et leurs impulsions les plus sombres ou les plus secrètes se manifestent comme de dangereuses entités de l’ombre.

Persona, l’ombre de nous-mêmes

En sauvant chaque victime, vous leur donnez le pouvoir non seulement d’accepter leurs défauts, mais aussi de les accueillir dans leur cœur. Ainsi naissent leurs Personae individuelles, qui leur donnent une façade pour surmonter leurs difficultés.

– Devenir plus fort que son ombre … –

Tout cela donne plus de profondeur et de nuance aux personnages, ce qui évite les archétypes héroïques standard de nombreux JRPG. Bien que le jeu traite de sujets sombres, il n’est pas dépourvu de moments d’humour.

C’est un jeu plein de petits détails révélateurs. Lorsque votre jeune cousine Nanako chante le jingle publicitaire du grand magasin Junes, cela peut sembler irritant au premier abord. Mais lorsque vous la voyez assise seule devant la télévision, soir après soir, soupirant en vous annonçant que son père rentrera encore une fois tard du travail, ce joyeux refrain est teinté de tristesse.

Conclusion

À 60 heures environ, il vous faudra un certain temps avant de comprendre ce qui se passe, mais la structure du trimestre scolaire empêche Persona 4 Golden de traîner. Vous vous installerez rapidement dans cette aventure plus ou moins longue, profitant de plus en plus de votre séjour à Inaba à mesure que cette petite ville et ses habitants s’ouvrent à vous.

Malgré ses éléments fantastiques, Persona 4 : The Golden capte les défis, les peines et les embarras de l’adolescence d’une manière qui semble d’une vérité perçante, tout en vous donnant suffisamment de mystères absorbants à résoudre. Je m’emballe peut-être en disant cela, mais l’arrivée tardive sur PC de l’un des meilleurs JRPG contemporains est une bénédiction pour faire du JRPG un genre phare des pays francophones.

N’hésitez pas à réagir à nos articles sur la page Facebook de JRPGFR !

7.8/10

Avis de la rédaction

Plus

  • Scénario grisant mais passionnant !
  • Des personnages bien écrits !
  • Gameplay des combats toujours aussi précis même si punitif à difficulté élevée.
  • Direction artistique magnifique et très colorée.

Moins

  • Graphiquement dépassé !
  • Denuvo qui plombe les performances !
  • Le jeu met beaucoup de temps (3h) à démarrer …