Ce mois-ci, nous avons l'immense chance de faire le test de Crystar sur Nintendo Switch. Bien que le jeu soit déjà présent sur PS4 et PC, c'est la première fois que je me lance dans ce jeu. Développé par FuRyu et édité par NIS et Spike Chunsoft, nous ressentons assez vite la patte de ces studios. Crystar se pose dans un genre dungeon-crawler/beat'em all. JRPGFR va vous détailler ce que le jeu procure comme sensations, et attention, c'est un jeu à placer entre certaines mains, je pense !

Crystar, une histoire… non. DES histoires dramatiques !

Crystar possède son propre univers. Un univers quasi-exclusivement composé de jeunes filles ou femmes. Le jeu vous mettra dans la peau de Rei Hatada. Si l'introduction semble assez lente et longue, le jeu vous procurera des sensations émotionnelles qui vont au-delà d'une simple expérience vidéoludique.

En effet, c'est une histoire tragique, pour commencer. Celle de Rei et de sa sœur Mirai. Elles se retrouvent toutes les deux dans un endroit méconnu et la petite Mirai meurt d'un coup d'épée bien placé par... sa grande sœur ! Elle qui venait de lui promettre de toujours lui tenir la main...
Tout au long de votre périple, vous allez rencontrer de nouveaux personnages. Entre autres, les deux démons que sont Méphis et Pheles (jeu de mots anglais pour Méphistophélès, suppôt de Satan, ndlr) et des personnages qui rejoindront votre aventure.

Une aventure dramatique à la recherche de votre Mirai tant aimée avant que son âme ne disparaisse totalement... Qu'est-ce qui a poussé Rei à tuer sa sœur ? Qui sont donc Méphis et Pheles et quels rôles jouent-elles au sein du Purgatoire ?

Crystar et son univers unique

Dans ce test de Crystar sur Switch, nous devons prendre en compte que la console de Nintendo manque parfois de performance. C'est le cas dans ce jeu puisque les personnages manquent clairement de finitions. C'est d'autant plus visible quand on est dans le donjon ou encore dans la chambre. Et je ne vous parle pas de ce chien-ours tellement beau dans toute son ironie ! Quelques traces d'aliasing sont à noter çà et là, mais on joue sur Switch. Sur le support PC, le jeu est nickel ! Cependant, lors des phases de dialogues en mode "Visual Novel", les personnages sont parfaitement lissés et représentés.

Les lieux
  • La chambre de Rei : J'ai pu découvrir, dans ce test de Crystar, une chambre, classique, comme lieu de refuge pour les émotions de Rei. En effet, après chaque donjon visité, vous revenez automatiquement dans cette chambre et vous pouvez y consacrer quelques activités. Vous pourrez caresser... son chien, s'il vous plaît ! Mais surtout, vous dégager de toutes les émotions endurées pendant le donjon. À chaque Revenant tué, vous obtenez des Sentiments et vous devez vous en débarrasser pour en obtenir des objets. Ces objets que vous fusionnerez pour en obtenir une version plus puissante. Et ainsi de suite. Vous y recevrez aussi des appels de vos amies et des démons. Vous pourrez aussi changer de tenues, mais sincèrement, cet aspect là, n'a aucun sens et n'a rien à voir avec un tel jeu !
  • Le Purgatoire : C'est ici que la majorité du jeu se déroule. Dans ce monde réel qui ne l'est pas, vous devenez une "Executor" et vous devez nettoyer ses étages un par un. Vous y trouverez un bestiaire simple représenté par des "Souls" et des "Revenants". Les Souls sont des créatures basiques quand les Revenants sont des petits boss, mais dans les deux cas, ce sont d'anciens êtres vivants cherchant à sortir de cet enfer… comme Mirai ! Vous voyez le dilemme ? En gros, Rei va devoir anéantir des êtres voulant sortir du Purgatoire ! Pour le bon plaisir de Madame qui veut sauver sa sœur ! Une vie pour une vie, normalement ! Le Purgatoire se matérialise grâce aux souvenirs des jeunes femmes et prend l'apparence des lieux connus de ces dernières.

Une orchestration classique sans rythme

La musique est présente, mais trop calme. Même durant les combats contre les Revenants, la musique reste calme. Il y a toutefois la possibilité d'écouter les nombreuses pistes dans la chambre. Il y a un contraste trop élevé entre la nervosité du gameplay et l'émotion que suscite la musique. Même si la musique est belle, ça manque de punch !

Un gameplay nerveux qui pousse à la vengeance !

Le gameplay de Crystar nous pousse à écraser les boutons. Du moins, c'est ce que je ressens quand j'y joue. Car oui, même si les touches de la manette ne sont pas sensorielles, j'ai ressenti la tragique histoire de Rei, la protagoniste. Et cette histoire de recherche, de vengeance, pour elle ou ses futures amies, nous pousse vraiment à anéantir les formes de vie rencontrées dans le Purgatoire.

Des ennemis !

Vous serez rejoint dans votre aventure par d'autres personnages. Ces jeunes femmes ont aussi vécu des tragédies. Et elles sont là dans un but précis : se venger ! Finis les combats à quatre, à trois ! Là vous "switchez" (normal sur Switch !) de personnage en personnage. Ainsi, vous affrontez, seule, les êtres qui se mettront sur votre route. Les changements de personnages sont fluides, les attaques et les compétences le sont tout autant. Il y a cependant une certaine anticipation à avoir pour éviter les coups des ennemis. Il semblerait presque qu'il y a un temps de latence entre le moment où vous appuyez et le moment où l'esquive -ou le saut- a lieu. C'est parfois un peu frustrant, mais le jeu reste assez facile dans l'ensemble.

Pour vous aider dans votre périple, vous avez la chance de posséder un Gardien qui vous protègera, de temps à autre, de certaines attaques. Et si vous remplissez la "Tear Gauge", vous pourrez l'invoquer et vous ne ferez plus qu'un avec lui et trancherez vos ennemis ! Chaque Gardien possède une compétence unique à déclencher ! Demandez à Mirai ce qu'elle en pense !

Une boucle de gameplay hyper basique

Il me semble important de vous parler de la boucle de gameplay. Dans ce test de Crystar, je me suis aperçu qu'elle était existante plus que dans n'importe quel autre jeu. Vous arrivez dans le Purgatoire, vous le nettoyez, vous cherchez les fragments et affrontez le boss. Rien de plus simple. Vous gagnez des niveaux, des compétences, du grand classique ! Une fois fait, un peu de dialogue, retour à votre chambre, vous caressez votre gentil toutou, vous fusionnez vos équipements et vous recommencez... Bref, c'est un jeu qui ne renouvelle rien dans ce genre, mais c'est efficace et vous obtiendrez des résultats rapidement ! Le jeu est répétitif au final. Il y a de nombreuses histoires à récupérer sur les Revenants et cela approfondit l'expérience. Mais refaire 1000 fois le même donjon pour obtenir UN objet, c'est parfois très (trop) long !

Qu’est-ce que Crystar a de différent des autres ?

Selon moi, FuRyu a bien développé son jeu. Il est bien fini et semble tout à fait correct, ce qui est rare de nos jours ! Cependant, le sujet de la mort et de la tragédie que l'histoire évoque dans nos cultures fait que ce jeu est à mettre seulement entre certaines mains. Je pense que Crystar pose des questions importantes sur la mort et ce qu'il s'y passe après ou même au moment où cela arrive. Touchés ou pas touchés, dans notre culture, la mort est triste. Quand vous récupérerez les fragments d'histoires des Revenants, vous comprendrez les histoires tragiques liées à ces anciens êtres vivants. La mort nous touche tous. Une personne très sensible peut être clairement affectée par un tel jeu. Mais l'histoire est belle, très belle.

Rei sauvera-t-elle sa sœur Mirai ? Si vous avez l'âme bien accrochée, vous le saurez en jouant à Crystar ! C'est l'histoire de Rei, Mirai, et des acolytes que vous rencontrerez qui fait de ce jeu, un bon jeu. C'est aussi la raison pour laquelle je lui accorde quelques points supplémentaires.

Les sensations procurées en jouant font que l'expérience en devient personnelle ! Les histoires peuvent être des faits sociétaux actuels ou passés et Crystar aborde ces sujets avec une grande rudesse.

Crystar est disponible sur PS4, PC. Il arrivera sur Switch le 1er avril 2022, sans poisson !

Pour en savoir plus sur ce jeu ou cette licence, vous pouvez aussi suivre ce lien !

Réagissez à nos articles sur Twitter avec le hashtag #jrpgfr !

Réagissez à nos articles sur notre page Facebook !

Si tu veux rejoindre l'équipe de rédaction, postule ici !

Crystar
7.5

Quel sens donnez vous à vos larmes ?

  • Une histoire formidable
  • La difficulté du thème abordé
  • La facilité de la prise en main du gameplay
  • L’équilibre dans les quantités des butins
  • Le portage réussi sur Switch
  • Les tenues frivoles portées
  • Les latences rencontrées pour les esquives
  • La facilité des boss
  • Le manque de rythme musical
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Naturel

administrator
Bonjour, bonjour :) Laurent, bientôt 40 ans, passionné par les jeux vidéos mais par la vie en général. Amateur de jeux match 3 et de RPG au tour par tour. Fan inconditionnel de Tales of Vesperia et Final Fantasy VIII. Créateur de contrepèteries, amateur de jeux de mots. Bienvenue !