Menu Fermer

Xenoblade Chronicles Definitive Edition – Le TEST !

Patch Notes Xenoblade Chronicles Definitive Edition

Bienvenue à tous sur ce test de Xenoblade Chronicles Definitive Edition, ce magnifique JRPG reboosté pour Switch !

Il est amusant de se souvenir de l’époque où Xenoblade Chronicles avait du mal à se retrouver dans les rayons occidentaux lors de son lancement initial, et maintenant Xenoblade est l’une des plus grandes franchises de Nintendo. Lorsque le jeu original est finalement sorti dans le monde entier, ceux qui y ont joué ont eu droit à un brillant RPG d’une ampleur telle qu’il a poussé la Nintendo Wii à ses limites absolues. 

Xenoblade Chronicles Definitve Edition

Plus tard, ce fut également l’un des rares titres réalisés spécifiquement pour la new 3DS, et bien que les graphismes  aient pris un sérieux coup de vieux, j’ai toujours été impressionné qu’ils aient pu faire tenir un jeu aussi massif sur une console tel que la 3DS.

Les temps ont changé et le matériel s’est considérablement amélioré depuis lors. Compte tenu de la popularité croissante de Smash Bros et de Xenoblade Chronicles 2, Monolith Soft a décidé de revisiter le jeu qui a lancé leur relation prospère avec Nintendo sous la forme de Xenoblade Chronicles : Definitive Edition

Cette version du jeu présente une refonte globale des graphismes, une OST réenregistrée et remixée, de nouvelles améliorations ergonomiques et un tout nouvel épilogue.

Xenoblade Chronicles Definitve Edition

Je possédais les deux versions précédentes du jeu mais je n’ai jamais eu la chance de le terminer complètement non plus, donc jouer à DE me donne une perspective intéressante à ce sujet. La moitié de mon temps était consacrée à rattraper le temps perdu et à m’émerveiller de la façon dont l’équipe avait amélioré la présentation, et l’autre moitié était prise de court par l’une de mes nouvelles histoires préférées racontées dans un JRPG

L’histoire titanesque de Xenoblade Chronicles Definitive Edition

J’ai toujours eu le sentiment que la plus grande faiblesse d’un monde ouvert est d’être incapable de créer un monde qui soit amusant à explorer, qui ait un style visuel distinct pour le faire ressortir, mais qui alimente aussi une motivation à explorer de manière fluide à travers le récit. Beaucoup de jeux auxquels j’ai joués n’ont réussi à couvrir qu’une ou deux de ces facettes, mais Xenoblade Chronicles a réussi à accomplir les trois. Le récit commence par le combat entre deux titans, Bionis et Mekonis, enfermés dans une bataille à mort dans un monde d’océan tentaculaire.

Xenoblade Chronicles Definitve Edition

Ils se battent l’un contre l’autre, ne laissant que leurs cadavres dans le sillage de la bataille. La vie organique est engendrée sur Bionis, et la vie mécanique sur Mekonis. Dans l’état actuel du monde, les habitants des deux sont enfermés dans un conflit qui dure depuis si longtemps que la plupart des gens oublient pourquoi il a même commencé, Mekonis envahissant régulièrement les colonies de Bionis.

Shulk, un résident de la colonie 9, mène une vie paisible avec ses amis jusqu’à ce qu’elle soit envahie par les Mekons. Sa colonie abrite l’arme ultime pour repousser les Mekons, une épée connue sous le nom de Monado. L’origine de cette épée est un mystère, mais ce que les Homs (une race humanoïde dont Shulk fait partie) savent, c’est que la Monado est l’une des seules armes qui peuvent endommager les Mekons.

Lors de cette invasion, Shulk prend l’arme pour se défendre, découvrant qu’il est compatible avec elle. Cela lui donne le pouvoir de voir l’avenir, mais malheureusement, en raison de son impuissance, il est incapable de protéger de nombreux habitants de la Colonie 9. Shulk et ses amis se lancent dans une quête pour traverser Bionis afin d’atteindre Mekonis, pour se venger et détruire jusqu’au dernier Mekon.

Une exploration épique

Le terme “épique” a été édulcoré au fil des ans en raison de la culture populaire, mais s’il n’y avait qu’un seul jeu que je qualifierais vraiment d’épique, ce serait Xenoblade. Les lieux que vous traversez sont tous gigantesques, et chacun d’entre eux réussit à surpasser celui qui l’a précédé. Ce qui fait vraiment vendre l’idée d’explorer les cadavres de deux dieux géants, ce sont les petites touches que vous appréciez au cours de votre voyage. Voir Mekonis se profiler au loin juste avant d’atteindre les plaines de Gaur est une chose dont je me souviens avec tendresse, qui conforte parfaitement le joueur dans l’aventure qu’il s’apprête à entreprendre avec à peine quelques dialogues.

Chaque région que vous visitez se distingue les unes des autres, et l’ampleur de chacune d’entre elles est pour le moins intimidante. Dans des jeux de cette taille, il est courant d’oublier certains endroits, mais chaque carte de Xenoblade me semble mémorable.

Elles contiennent toutes des points de repère, une esthétique, une topographie et une musique uniques. J’ai vu beaucoup de gens discuter des modèles de personnages qui ont été revus, et même si je les préfère aux originaux, je comprends que le style est subjectif. Excusez-moi d’être présomptueux quand je dis cela : je ne peux pas imaginer que personne ne considère les environnements refaits comme une amélioration complète à tous points de vue.

L’amélioration graphique entre l’original et Xenoblade Chronicles Definitive Edition

Les structures générales sont les mêmes, mais les textures, le feuillage, l’éclairage et l’utilisation des couleurs sont tous améliorés pour faire ressortir le jeu en y ajoutant une nouvelle crédibilité. L’esprit des environnements originaux est toujours là, mais il a été amélioré sur tous les plans.

Xenoblade Chronicles Definitve Edition

Je dois dire cependant que je préfère de loin ce nouveau style artistique que Monolith Soft a adopté pour les modèles de personnages. Il se situe à mi-chemin entre l’aspect plus fantaisiste de la version Wii et l’aspect très inspiré des autres jeux de la série. Je sais que cela ne va peut-être pas plaire à tout le monde, mais je pense que les modèles sont beaucoup plus expressifs que ce que Monolith a pu accomplir avec le jeu original. Tetsuya Takahashi, l’un des principaux auteurs, l’a confirmé dans une interview accordée récemment à Famitsu : “En raison des limitations du matériel avec lequel nous travaillions, le compromis des ressources a fait que les personnages ont été moins travaillés.

Certaines animations ont également été retravaillées pour accompagner ce changement, et cela rend les cutscenes plus belles que jamais. Certaines des animations ont été relativement peu modifiées dans les simples échanges de dialogues, mais dans les scènes sérieuses, nous ressentons vraiment la différence. Je pense que le travail accompli sur les graphismes et les animations est impressionnant tout cela en gardant une résolution et des performances aussi solides. La résolution est adaptative et ne baisse sérieusement que lorsque les choses deviennent très chargées. En mode dock, c’est vraiment beau, même si nous n’avons pas le même résultat en mode portable et que la résolution baisse l’expérience reste incroyablement belle.

Un voyage récompensé par des points de repère

Vous êtes récompensé pour être sorti des sentiers battus par le système de points de repère du jeu, qui vous donne une grande quantité d’expérience, de compétences et de points d’aptitude pour améliorer vos personnages. Ces lieux servent également de points de repère pour voyager rapidement et ressusciter si votre groupe tombe au combat. Les déplacements rapides sont également l’un des seuls moments où vous verrez des temps de chargement notables, car ils ont tous été presque entièrement réduits sur l’ensemble jeu.

L’ergonomie est justement le point fort du remake

Des outils d’interface utilisateur améliorés, comme des marqueurs supplémentaires sur la carte, rendent l’accomplissement des quêtes plus facile. Une grande amélioration d’ergonomie que Xenoblade Chronicles Definitive Edition ajoute pour rendre l’exploration plus conviviale est le Guide de voyage, qui montre toujours aux joueurs le chemin le plus facile d’où qu’ils soient pour se rendre à leur destination dans leur quête active.
La quête active peut être modifiée entre la mission en cours ou toute autre quête secondaire sélectionnée à l’aide d’un menu rapide attribué au bouton ZR, ce qui facilite les voyages.

L’avantage de cette fonctionnalité est que, bien qu’elle soit sélectionnée par défaut, vous pouvez la désactiver dans le menu si vous souhaitez un mode de voyage plus naturel. En désactivant cette fonction, vous ne recevez qu’un simple marqueur de carte pointant vers votre prochain objectif, vous laissant le soin de le trouver comme dans la version originale. Je pourrais même vous le recommander d’une certaine manière, car le fait de suivre un chemin spécifique pourrait inconsciemment vous empêcher de partir à l’aventure.

Le jeu ajoute également de nombreux marqueurs de quête sur les cartes du jeu pour les quêtes actives de votre journal. Chaque ennemi ou objet nécessaire à une quête sera marqué d’un point d’exclamation, ce qui vous permettra de savoir d’un seul coup d’œil ce que vous devez faire pour atteindre un objectif de la quête. Je suis très satisfait de ces ajouts, car ils rendent les quêtes et la progression beaucoup plus accessibles.

La cerise sur le gâteau pour que le jeu donne l’impression d’être un monde vivant est le placement réaliste des monstres et le cycle jour-nuit. Il affecte le placement des PNJ et des ennemis, ce qui peut aussi changer radicalement l’apparence de certaines zones.

Différents ennemis apparaîtront en fonction non seulement de l’heure du jour, mais aussi de la météo. Il y aura parfois une légère bruine, parfois un énorme orage. Cela n’affecte pas la façon dont vous vous déplacez dans ces zones, mais c’est une autre des nombreuses petites touches ajoutées pour immerger les joueurs.

Les combats revus sont ultra addictifs

Non seulement il y a une bonne variété de types d’ennemis dans chaque endroit, mais ils ont tous des comportements différents. Certains ne vous combattront pas du tout si vous n’engagez pas le combat en premier, d’autres vous traqueront immédiatement si vous entrez dans leur champ de vision, et d’autres encore ne vous attaqueront que s’ils vous entendent courir près d’eux.

La plupart du temps, vous pouvez éviter les ennemis si le vous souhaitez, et la liberté de le faire tout en prévoyant la possibilité d’un danger m’a permis de rester vigilant. Ce souci du détail contribue largement à rendre l’expérience immersive et à donner au joueur de nombreuses options quant à la façon dont il s’engage dans le système de combat du jeu.

Xenoblade Chronicles Definitve Edition

Je ne m’attendais pas à ce que le système de combat soit aussi addictif, avec une bonne dose de défi qui monte lentement pour s’adapter à la compréhension. Il y a des moyens de briser complètement la difficulté du jeu dans les sections de l’histoire, surtout si vous êtes trop laxiste avec les quêtes secondaires, mais je n’ai jamais été du genre à faire ça, donc j’ai trouvé que le jeu était assez rythmé. Les batailles se déroulent dans un système en temps réel similaire à celui d’un MMO classique, mais personnellement, j’ai trouvé Xenoblade plus agréable que tous les MMO auxquels j’ai essayé de jouer. Il y a également des options de difficultés, de sorte que les joueurs peuvent jauger leur expérience comme ils le souhaitent.

Les combats se déroulent selon un certain rythme, ce qui fait qu’il est toujours amusant d’affronter les ennemis, même si je l’ai fait des centaines de fois tout au long de mon jeu. La seule fois où j’ai commencé à en avoir un peu marre des combats, c’est à l’approche de la fin, où les donjons sont moins axés sur l’exploration et plus sur le combat contre des vagues d’ennemis presque inévitables, ce qui, à mon avis, contredit la philosophie de conception du jeu mise en place pour la plus grande partie de l’expérience.

Xenoblade Chronicles Definitve Edition

Les personnages peuvent se déplacer au cours des combats, en propulsant des dégâts soit par leurs attaques automatiques, soit par les arts. C’est dans les arts que les dégâts réels sont traités, ils sont saisis manuellement par le joueur et doivent ensuite être rechargés jusqu’à ce qu’ils puissent être utilisés à nouveau. Le temps de recharge des arts est suffisamment rapide pour qu’ils soient viables et qu’ils permettent de poursuivre les combats à un rythme rapide, et ces temps de recharge sont réduits au fur et à mesure que vous gagnez des PA. Vous pouvez personnaliser les arts auxquels un personnage a accès dans le menu en y ajoutant des points de compétences.

Vous êtes autorisé à avoir un groupe de trois personnages maximum, et le jeu vous permet même de supprimer Shulk. Chaque membre de votre équipe remplit un certain rôle au combat, qui est une variante de votre DPS, Tank et Mage/Healer. Certains personnages se retrouvent même dans plusieurs catégories, aucun personnage ne joue de manière comparable aux autres et cela encourage les gens à expérimenter la composition de leur équipe.

Dans le jeu original, tout votre équipement offrait des changements cosmétiques et de stat, l’inconvénient étant que les designs des armures avaient tendance à être un peu laids. La plupart du temps, si vous vouliez avoir les meilleures statistiques possibles, cela signifiait que vos personnages avaient l’air très moches dans les cutscenes car ils portaient des armures dégueulasses et probablement mal assorties.

Une amélioration simple mais géniale qui remédie à ce problème est l’inclusion de skin optionnels, comme ceux que les MMO ont tendance à avoir, qui vous permettent d’équiper une pièce d’armure et de régler l’apparence sur n’importe quelle pièce d’équipement obtenue précédemment.

Monado est également capable de voir l’avenir pour protéger les membres de votre équipe s’ils sont sur le point de mourir. Lorsque quelqu’un dont Shulk se soucie est destiné à mourir dans un avenir proche, il obtient une vision afin de pouvoir essayer de l’empêcher. C’est une façon fascinante de faire avancer le récit, mais en le rendant important pour le déroulement de la bataille, le joueur est mieux à même d’en comprendre la signification. Lorsqu’un ennemi est sur le point de subir un coup mortel, Shulk le voit se produire environ 10 secondes avant lui. Il peut alors soit lancer une magie défensive sur le personnage en question, soit courir vers lui et le prévenir.

Le lien entre le groupe est un autre moyen pour le récit de se tisser avec le gameplay. En aidant et en encourageant les membres de votre groupe dans la bataille, vous remplissez progressivement la jauge du groupe. Les membres du groupe se parleront constamment au combat pour optimiser leur travail d’équipe et s’encourager mutuellement, avec des moments où les choses ralentissent pour réaliser QTE afin de faire monter la jauge du groupe de manière significative.

Cette mécanique s’applique également aux combats engagés, mais sans le ralenti, ce qui vous donne un avantage si vous réussissez.

J’ai toujours eu des difficultés avec le timing de ces moments dans le jeu original, mais j’ai été surpris de voir à quel point l’implémentation du Rumble HD de la Switch a amélioré mon efficacité au combat. C’est un peu difficile d’expliquer pourquoi les batailles sont tellement plus agréables avec des vibrations parfaitement synchronisées, mais en passant de ma Nintendo Switch standard à ma Lite, j’ai remarqué que j’avais fait bien pire avec la Lite. Je ne m’attendais pas à ce qu’un changement comme celui-là me fasse aimer le système de combat tellement plus que je ne l’ai jamais aimé sur Wii et 3DS, mais Monolith a fait un excellent travail en mettant en place cette fonction souvent sous-utilisée de la  Switch.

Lorsque la jauge de l’équipe est pleine, vous pouvez lancer une Attaque en chaîne, qui ralentit le temps pour agencer des combos d’arts afin d’abattre vos ennemis et de leur infliger une tonne de dégâts. Le timing de l’art est vital pour votre succès au combat, les changements de statuts de l’ennemi étant le meilleur moyen d’inverser la tendance. Il y a trois principaux types de combos qui doivent être effectués successivement pour vous donner un avantage.

Xenoblade Chronicles Definitve Edition

Les batailles sont dans le parfait état d’esprit d’être une belle référence sur les mécanismes établis des MMORPG. Il s’agit d’un système de combat simple, mais qui offre une approche approfondie de l’expérience. Cela conduit à des mécanismes de combat qui, à mon avis, sont restés inégalés dans les autres jeux de la licence.

L’ost au moins aussi riche que le gameplay

Il y a 91 pistes dans le jeu de base, et aussi cliché que cela puisse paraître de dire qu’elles correspondent toutes parfaitement à chaque scène, c’est vraiment vrai. elles sautent entre la beauté sereine de la nature et la musique rock exaltante pour des combats de manière très fluide. Xenoblade Chronicles Definitive Edition offre la possibilité de passer de la bande originale à une nouvelle bande sonore remixée. Comme pour presque tous les ajouts, le fait de pouvoir basculer entre les options signifie que même si vous n’aimez pas la musique nouvellement enregistrée ou remixée, vous n’avez pas à l’écouter. Personnellement, je trouve que toutes les musiques arrangées sont meilleures que dans l’original, mais l’une des raisons en est qu’elles sont basées sur une bande-son déjà surprenante.

Les liens affectifs de votre équipe et les lieux de souvenirs

Comme la plupart d’entre eux exigent un niveau de liens affectifs modéré ou maximal avec chaque personnage, cela vous pousse également à être plus expérimental avec votre groupe. J’aurais aimé que la definitive edition franchisse une étape supplémentaire pour ajouter des voix à ces moments importants.

Qu’en est-il de l’épilogue de Xenoblade Chronicles Definitive Edition ?

Il est donc évident que j’avais des attentes extrêmement élevées (et pourtant raisonnables) au moment d’aborder le nouveau chapitre de l’épilogue : Un avenir commun. Les gens spéculent depuis des mois sur ce que cela apportera ou non à l’histoire globale de la série Xenoblade. Cette “histoire supplémentaire” est accessible à tout moment à partir du menu principal, mais il est fortement recommandé de la jouer une fois le jeu original terminé, car la première cutscene finit par gâcher considérablement le final du jeu original.

Xenoblade Chronicles Definitve Edition

Pour offrir un bref aperçu de l’épilogue, l’histoire commence par la visite de Shulk et Melia sur l’épaule de Bionis un an après les événements du jeu de base. Cependant, ils se font ensuite attaquer par un mystérieux monstre, envoyant leur vaisseau s’écraser sur l’Épaule. Le véritable objectif de l’épilogue est d’étoffer et de relier des éléments de l’intrigue que Xenoblade n’a jamais explorés, en allant jusqu’à faire intervenir des personnages et des événements que vous n’auriez connus qu’au cours des dernières quêtes secondaires du jeu.

Xenoblade Chronicles Definitve Edition

Je me suis beaucoup amusé pendant la plupart des 12 heures passées à terminer l’intégralité de cet épilogue. Le gameplay a été légèrement modifié. Il s’agit d’un groupe de Nopones que vous pouvez choisir de recruter et qui sont répartis sur l’épaule des Bionis, à la recherche de trésors et d’aventure. Lorsque vous en recrutez un, ils marchent derrière le groupe de façon adorable, et ils participent même aux batailles avec vous.

Pour conclure, sinon je reste ici indéfiniment !

Monolith ne blaguait pas quand ils ont voulu faire de cette version de Xenoblade Chronicles Definitive Edition. J’ai trouvé qu’elle était non seulement à la hauteur du lourd héritage du jeu original, mais qu’elle le dépassait en tout point. Toutes les améliorations apportées à l’ergonomie rendent le jeu plus accessible, sans rien enlever au jeu original. Le système de combat est l’un des plus addictifs auxquels j’ai joué depuis très longtemps, le monde est magnifique et un bonheur à explorer, la musique est une œuvre de génie et l’histoire est racontée avec un niveau de maturité rarement vu dans les JRPG. C’est une grande aventure qui peut facilement durer plus de cent heures. Non seulement c’est l’un de mes nouveaux jeux préférés, mais je pense que c’est facilement le meilleur jeu à venir de Monolith. Si vous cherchez un super JRPG pour Nintendo Switch, Xenoblade Chronicles Definitive Edition est exactement le jeu que vous cherchez.

N’hésitez pas à réagir à nos articles sur la page Facebook de JRPGFR !

9/10

Avis de la rédaction

Plus

  • Les graphismes sont améliorés à la perfection pour une console peu puissante !
  • L’ergonomie revue, oh mon Dieu que ça fait du bien !
  • La musique remixée n’enlève rien au charme du matériel original
  • Le gameplay est juste parfait, heureusement que les ajouts ne casualisent pas trop le soft

Moins

  • Des moments de dialogues mal traduits
Catégories Critique, Stratégique, Switch, Test, top article, Tour par Tour

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *